/world/middleeast
Navigation

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des troupes russes sont arrivées jeudi au Kazakhstan pour appuyer le pouvoir en place confronté à des émeutes qui ont fait des dizaines de morts, la situation restant explosive avec des coups de feu tirés à Almaty, la capitale économique.

• À lire aussi: Kazakhstan: plus de 200 arrestations et des dizaines de blessés après les manifestations

Le plus grand pays d’Asie centrale est ébranlé par une contestation qui a éclaté dimanche dans l’ouest après une hausse des prix du gaz avant de gagner Almaty, où les manifestations ont viré à l’émeute contre le pouvoir, des protestataires s’emparant de bâtiments officiels.

Les violences se sont poursuivies jeudi, un correspondant de l’AFP entendant plusieurs coups de feu dans le centre de cette ville qui portait les stigmates des affrontements de la veille, avec des façades d’immeubles noircies par les flammes, des carcasses de véhicules calcinées et des flaques de sang au sol.

  • Écoutez Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

Des médias locaux ont affirmé jeudi soir que les forces de l’ordre avaient chassé les manifestants de la principale place d’Almaty et repris le contrôle des bâtiments officiels, ce que l’AFP n’a pas pu vérifier.

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

 Peu auparavant, Moscou avait annoncé l’arrivée au Kazakhstan de militaires russes dans le cadre du déploiement d’une « force collective de maintien de la paix » de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), un groupe sous contrôle russe, à l’appel du gouvernement kazakh.

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

« Terrifiant »

Les violences ont suscité un choc au Kazakhstan, pays d’environ 19 millions d’habitants et riche en ressources naturelles, réputé pour son gouvernement aussi stable qu’autoritaire. Le Kazakhstan, plus grand pays d’Asie centrale, est secoué depuis plusieurs jours par un mouvement de contestation qui a débuté par des manifestations contre la hausse du prix du gaz, avant de laisser place à des émeutes chaotiques.

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

Les violences ont fait plusieurs dizaines de morts parmi les manifestants et les forces de l’ordre et plus d’un millier de blessés, selon les autorités.

Émeutes au Kazakhstan: lourd bilan humain, des troupes russes sur place
AFP

 Saule, une manifestante de 58 ans, dit avoir vu une dizaine de protestataires tomber sous les balles des forces de l’ordre près de la résidence présidentielle à Almaty mercredi soir.

Manifestant contre la « corruption », elle se dit en outre « profondément déçue » par le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, qui a accusé des groupes de « terroristes » formés selon lui à l’étranger d’être derrière les émeutes.

Le bilan de ces troubles est lourd: les autorités ont fait état de « dizaines » de manifestants tués et de plus d’un millier de personnes blessées, dont 62 grièvement.

Dix-huit membres des forces de sécurité ont été tués et 748 blessés, ont par ailleurs rapporté les agences de presse, citant les autorités.

M. Tokaïev a jusque-là échoué à calmer les manifestants, malgré des concessions sur les prix du gaz et du carburant, et le limogeage du gouvernement.

En parallèle, la répression bat son plein: les autorités, qui ont instauré l’état d’urgence et un couvre-feu nocturne, ont annoncé jeudi qu’environ 2300 personnes avaient été arrêtées rien qu’à Almaty.

« Dehors, le vieux ! » 

Mercredi, les images diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux ont montré des scènes de chaos avec des magasins pillés et certains bâtiments administratifs incendiés à Almaty, tandis que des tirs d’arme automatique retentissaient dans la ville.

Les manifestants ont notamment visé la mairie et la résidence présidentielle. La façade de cette dernière était noircie par les flammes et le portail d’entrée du complexe enfoncé, a constaté jeudi l’AFP.

Alors qu’Internet a été coupé, les institutions financières du pays ont suspendu leurs activités, de même que les aéroports d’Almaty, de la capitale Nur-Sultan et des grandes villes d’Aktobe et d’Aktau.

M. Tokaïev avait assuré mercredi que des « gangs terroristes » ayant « reçu un entraînement approfondi à l’étranger » dirigeaient les manifestations.

Au-delà de la hausse des prix, la colère des manifestants est notamment dirigée vers l’ancien président autoritaire Noursoultan Nazarbaïev.

Âgé de 81 ans, celui-ci a régné sur le pays de 1989 à 2019 et conserve une grande influence. Il est considéré comme le mentor du président actuel, M. Tokaïev.

« Dehors, le vieux ! », ont notamment scandé des manifestants. À Taldykourgan (sud-est), des protestataires ont déboulonné une statue de M. Nazarbaïev. 

Inquiétude internationale

Le Kazakhstan, plus grande des cinq ex-républiques soviétiques d’Asie centrale et principale économie de la région, comprend une importante minorité russe et revêt une importance économique et géopolitique cruciale pour la Russie.

Moscou a appelé mercredi à résoudre la crise par le dialogue « et non par des émeutes de rues et la violation des lois ».

L’ONU a appelé jeudi toutes les parties au Kazakhstan à « s’abstenir de toute violence », et Washington a réclamé une « solution pacifique ».

L’Union européenne s’est dite « très préoccupée » et a critiqué l’envoi d’une aide militaire extérieure par l’OTSC, qui rappelle « des situations à éviter ».

Washington met en garde les troupes russes  

Les États-Unis ont mis en garde jeudi les troupes russes déployées au Kazakhstan pour appuyer le pouvoir confronté à des émeutes contre toute violation des droits humains ou velléité de « prise de contrôle » des institutions du pays.

« Les États-Unis, et franchement le monde entier, surveillent toute éventuelle violation des droits humains. Et nous surveillons aussi tout acte qui puisse jeter les bases pour une prise de contrôle des institutions du Kazakhstan », a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price à des journalistes.

Le plus grand pays d’Asie centrale est ébranlé par une contestation qui a éclaté dimanche dans l’ouest après une hausse des prix du gaz avant de gagner la capitale économique Almaty, où les manifestations ont viré à l’émeute contre le pouvoir, des protestataires s’emparant de bâtiments officiels.

Moscou a dépêché sur place des militaires russes dans le cadre du déploiement d’une « force collective de maintien de la paix » de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), un groupe sous contrôle russe, à l’appel du gouvernement kazakh.

« Nous appelons les forces de maintien de la paix et de l’ordre de l’OTSC à respecter les droits humains afin de soutenir une résolution pacifique », a insisté Ned Price jeudi.

« Nous espérons que le gouvernement du Kazakhstan sera en mesure de répondre aux problèmes qui sont fondamentalement de nature économique et politique », a-t-il ajouté. Il a assuré que les États-Unis étaient « prêts » à apporter leur soutien en tant que « partenaire du peuple et du gouvernement du Kazakhstan ».

Le porte-parole du département d’État a aussi « condamné le plus fermement possible la violence et la destruction de propriété ».

Plus tôt jeudi, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait demandé à son homologue kazakh Mukhtar Tileuberdi une « résolution pacifique » de la crise provoquée par des émeutes sans précédent au Kazakhstan.

Dans un appel téléphonique, « le secrétaire d’État a réitéré le plein soutien des États-Unis aux institutions constitutionnelles et à la liberté des médias, et a défendu une résolution pacifique et respectueuse des droits à la crise », selon un communiqué de ses services.