/lifestyle/family
Navigation

Se faire lécher le visage par son chien: oui ou non?

Happy child with dog
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La publicité de Mondou lors du Bye bye 2021 était tout simplement géniale et hilarante. Chapeau à Mondou, d’ailleurs, pour ce chef-d’œuvre ! La scène est la suivante : on voit un bon chien de famille en train de se lécher le derrière et, immédiatement après, accueillir la visite à grands coups de langue sur le visage. Je dois avouer que j’ai ri en masse ! Puis, la vétérinaire en moi a eu cette idée de chronique : est-ce une bonne idée de laisser notre animal nous lécher le visage ?

• À lire aussi: Finalement possible de promener son chien après 22 h

Parce qu’il y a quand même des gens qui se laissent lécher le visage par leur chien... Pour certains, cela peut paraître très peu hygiénique, voire scandaleux, mais pour d’autres, cela représente simplement une démonstration d’affection de la part du chien. Alors doit-on ou non laisser un chien nous lécher le visage ? 

Il y a d’abord un mythe qui circule à l’occasion et qui dit que la gueule d’un chien est beaucoup plus propre que celle d’un humain et que sa salive aurait des propriétés antiseptiques. Quand on connaît bien les chiens, on peut en douter puisqu’ils lèchent leur arrière-train, qu’ils peuvent manger ou lécher toutes sortes de choses qui traînent à l’extérieur et qu’ils peuvent aussi, parfois, goûter à des crottes provenant d’autres animaux. Une ribambelle de germes. Beurk ! 

Laisser son animal lécher son visage est un comportement commun qui ne pose généralement pas de problèmes chez les personnes en bonne santé. Toutefois, ce n’est pas un comportement sans risque. En réalité, la salive de nos amis poilus peut parfois contenir des agents (bactéries, parasites, virus, etc.) qui sont pathogènes pour les humains et qui peuvent provoquer des infections potentiellement sévères chez certaines personnes ayant un système immunitaire compromis. 

Cas rares, mais réels

Il arrive, très rarement, qu’on voie un article relatant le décès d’un homme ou d’une femme, quelque part dans le monde, mort(e) à la suite des léchages de son chien... La littérature médicale nous renseigne sur ces cas plutôt rarissimes, mais réels, de gens qui ont été victimes d’infections sévères à la suite d’une exposition avec la salive d’un animal (par morsure, égratignure ou léchage) sur leur peau non intacte (avec une lésion, un bobo ou une abrasion cutanée), ou sur une muqueuse comme la bouche. Ces infections, on le rappelle, ne se produisent généralement pas chez les personnes adultes en bonne santé chez qui le risque est faible, voire presque nul, mais il faut comprendre que le risque est plus élevé chez les personnes ayant un système immunitaire compromis ou plus faible.  

Qui sont ces personnes ayant un risque plus élevé ? La liste est relativement longue, mais peut se résumer ainsi : les personnes immunosupprimées ou qui ont un système immunitaire faible ou inadéquat. Voici des exemples plus concrets. Les personnes très âgées ou très jeunes, les personnes recevant de la chimiothérapie ou un traitement de corticostéroïdes de longue durée, les personnes ayant reçu une greffe d’organe, les personnes atteintes du SIDA, les personnes souffrant d’alcoolisme ou d’abus de drogue chronique, les personnes diabétiques, les femmes enceintes, etc. Dans tous ces cas, il est préférable de s’abstenir de recevoir les bisous mouillés d’un chien.

Comment peut-on diminuer une partie de ce risque en tant que propriétaire de chien ? En vermifugeant nos animaux régulièrement contre les parasites et en procédant à une analyse de leurs selles annuellement chez un médecin vétérinaire ; en évitant de leur donner de la viande crue ; en brossant leurs dents chaque jour ; en ramassant et en disposant de leurs crottes quotidiennement et en respectant les règles d’hygiène de base. Et surtout, pourquoi ne pas tout simplement apprendre les bonnes manières à Fido au lieu de vérifier le statut immunitaire des gens qu’il aurait envie de lécher ? Un pensez-y-bien...