/opinion/columnists
Navigation

Les non-vaccinés, arrêtez de niaiser!

Doctor giving patient vaccine
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les non-vaccinés me font penser à un détenu qui ne cesse de se cogner la tête contre les barreaux de sa cage en criant qu’il veut sortir alors qu’il a la clé de sa cellule dans sa poche. 

Vous êtes écœurés de la pandémie ?

Vous en avez ras le bol des mesures ?

Alors, faites-vous vacciner, bordel, qu’on en finisse !

  • Écoutez la rencotre Martineau-Dutrizac avec Richard Martineau et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

C’est vous qui faites en sorte que la crise perdure !

C’est vous qui empêchez tout le monde de revenir à la vie normale !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

DES MESURES INCOHÉRENTES

C’est pourtant pas sorcier.

Oui, les vaccinés peuvent attraper le virus. 

Mais leurs symptômes sont moins graves et leur risque de se retrouver à l’hôpital, moins élevé.

Si tout le monde était vacciné, le système de santé ne serait pas aussi engorgé et on pourrait lever la plupart des mesures sanitaires.

Calvaire, dans quelle langue faut-il le dire pour que vous compreniez ?

Et pendant ce temps, le gouvernement songe à interdire l’entrée dans les salons de coiffure aux non-vaccinés.

Comme si ça allait faire une différence !

Comme si les récalcitrants allaient se dire : « Risquer de me retrouver aux soins intensifs, je m’en fous ! Risquer de mourir, pareil. Mais ne pas pouvoir me faire couper les cheveux ? Ah ben, là, non, y a un boutte à toutte, donnez-moi ma dose au plus sacrant ! »

C’est quoi, la prochaine étape ?

Les empêcher d’aller se faire couper les ongles d’orteils dans un salon de pédicure ?

Poster une madame Pipi devant chaque toilette publique ?

Les barrer du compte Instagram de Lucie Laurier ?

Ce n’est pas avec des « mesurettes » du genre qu’on va changer la donne.

Si le gouvernement était sérieux, vraiment sérieux, il obligerait TOUS ses employés à se faire vacciner. 

Or, il ne le fait pas.

Pensez à ça, deux secondes : si tu n’es pas vacciné, tu ne peux pas entrer dans une SAQ pour acheter du vin. Mais tu peux travailler dans une SAQ et vendre du vin !

Brillant, non ?

Et c’est avec des mesures comme ça qu’on pense convaincre les antivax de se faire vacciner ?

Hé boy ! 

LA SEULE VRAIE QUESTION

La question est pourtant simple : le Québec peut-il se permettre que 10 % de sa population ne se fasse pas vacciner ?

Il y a deux façons de répondre : oui ou non. 

Si c’est non, imposez la vaccination obligatoire, merci, bonsoir. 

Et lâchez-moi le « droit » de ne pas se faire vacciner !

On a aussi le droit de ne pas se faire prendre en otage par une petite gang de « buckés » qui ne comprennent ni du cul ni de la tête. 

Au Canada, quand on a décidé de légaliser l’avortement, s’est-on dit : « Ah non, on ne peut pas faire ça, car 20 % de la population croit qu’il y a une âme dans chaque goutte de sperme qui se retrouve dans un Kleenex ? »

Non. On est allé de l’avant. Parce que c’était la bonne chose à faire.

Eh bien, faisons la même chose. Pensons à l’intérêt public, pas aux croyances folichonnes d’une petite bande de complotistes qui croient que les sous-sols de nos hôpitaux sont remplis de cadavres de gens morts des suites du vaccin. 

Un moment donné, assez, c’est assez.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.