/news/health
Navigation

Québec veut faire la lutte à la surmédication dans les CHSLD

Une approche innovante sera bientôt étendue à tout le Québec

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait ses preuves à Québec, une approche innovante pour lutter contre les effets pervers de la médication excessive chez les aînés fera bientôt son entrée dans de nouveaux CHSLD de la province.

• À lire aussi: Plus de 4000 résidents infectés: les cas explosent dans les CHSLD et les RPA

• À lire aussi: Encore plus de délestage à prévoir en Mauricie et au Centre-du-Québec?

• À lire aussi: Système de santé: nous méritons mieux

Le projet PEPS, pour Projet d’évaluation de la personnalisation des soins pharmaceutiques, a vu le jour dans la Capitale-Nationale en 2017, où il est maintenant implanté dans la majorité des CHSLD.

L’autonomie professionnelle des pharmaciens et des infirmières est accrue, les soins sont réorganisés pour plus d’efficacité, et surtout, la liste des médicaments de chaque patient est passée au peigne fin.

L’expérience démontre que les cas de « polypharmacie excessive », soit la prise de plus de 10 médicaments par une personne, sont réduits de moitié.

Soupeser les bienfaits

« Le pharmacien va devenir un des principaux prescripteurs de la pharmacothérapie pour la personne en soins de longue durée, donc, on va pouvoir prendre chacun des médicaments, soupeser les bienfaits pour elle de façon précise, les risques, et décider avec elle ou ses représentants ce qu’on fait », explique Rachel Rouleau, coordonnatrice de cette initiative et cheffe adjointe du département de pharmacie au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Souvent, on s’aperçoit que des médicaments n’ont plus les effets escomptés ou que leurs effets secondaires supplantent leurs avantages.

« Ça se produit à un moment donné dans le temps quand les conditions changent, quand les pathologies changent, explique Mme Rouleau. Il faut réévaluer périodiquement, fréquemment la pharmacothérapie. »

Bientôt étendu

Selon la pharmacienne, le gouvernement du Québec souhaite étendre le projet à l’ensemble de la province à partir de janvier 2022. « Il y a un comité qui s’affaire à préparer ce déploiement-là, donc l’ensemble des CHSLD, des maisons alternatives et des aînés vont pouvoir bénéficier de cette approche-là », souligne-t-elle.

Avec cette méthode, les pharmaciens ne font pas qu’enlever des médicaments, mais peuvent aussi en prescrire pour soulager rapidement des maux courants. Plusieurs effets bénéfiques sur le confort des résidents ont été constatés.

D’un point de vue opérationnel, le chevauchement des tâches entre les professionnels est évité au maximum, apportant un gain d’efficacité dans le contexte de la rareté de la main-d’œuvre. 

Des résultats encourageants   

  • Diminution de 50 % du nombre de patients qui prennent 10 médicaments ou plus  
  • Baisse de 25 % du nombre de médicaments potentiellement inappropriés prescrits   

À voir aussi