/opinion/columnists
Navigation

Souhaiter le possible et l’impossible pour 2022

TOPSHOT-RUSSIA-LIFESTYLE-CHRISTMAS-NEW YEAR
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’an passé, j’étais presque mort et je n’avais qu’un souhait, celui d’avoir de nouveaux poumons.

Les possibilités étaient passablement réduites à cause de la COVID-19, mais la chance m’a souri et j’ai eu le cadeau le plus précieux de mon existence.

Bien en vie cette année, j’ai plusieurs souhaits et j’espère avoir la même veine.

Que le monde puisse en finir avec la pandémie.

Ce ne sera possible qu’en s’assurant que tous les citoyens de la planète peuvent être vaccinés. Les pays riches devront redoubler d’efforts pour partager plutôt que d’accaparer les vaccins pour des doses supplémentaires.

Que les États-Uniens chassent Donald Trump de leur paysage politique.

L’ancien président n’est pas le seul dans sa catégorie. Cependant, il s’avère le plus grand danger à proximité pour la sécurité et la santé démocratique des pays occidentaux. Les républicains devront renouer avec le bon sens.

Qu’on agisse véritablement contre le réchauffement climatique.

Au-delà des apparences, les chefs d’État devront mener des actions cohérentes et ne pas placer le développement économique au-dessus de la préservation de l’environnement.

Que la tolérance et le débat retrouvent leur droit de cité.

Les réseaux sociaux contribuent à la normalisation de la radicalisation et à la montée de la violence. Il est temps que la liberté d’expression, la capacité de réflexion et la possibilité de discuter reprennent le haut du pavé.

Que François Legault devienne un homme de parole.

L’abandon de la réforme du mode de scrutin par le premier ministre Legault, alors qu’il s’y était engagé et avait signé un pacte avec le PQ et QS, le rend indigne de confiance. Legault, dit le sans-parole, veut charmer tout en foulant ses idéaux.

Qu’on tienne une enquête publique sur la gestion de la pandémie.

Les dernières semaines illustrent l’improvisation continue du gouvernement face à la COVID-19. Il a fait de son mieux. Repérons cependant les erreurs pour ne pas les répéter.

Que la prochaine élection générale nous donne un véritable gouvernement nationaliste.

Le gouvernement caquiste n’est pas à la hauteur des ambitions annoncées avant son élection. Les objectifs reliés à la laïcité, la langue, la culture et l’autonomie reposent sur un socle très fragile. François Legault s’est transformé en provincialiste qui nous berce d’illusions. Nous pouvons y mettre fin !

Que le Québec se recentre sur ses services publics.

La pandémie a mis en exergue les affres de nos systèmes de santé et d’éducation à deux vitesses. Cela devient contre-productif pour l’État d’entretenir et de financer des réseaux parallèles à ses propres services. Accessibilité, universalité et gratuité passent par un parti pris du gouvernement pour ses institutions.

Que la solidarité sociale des syndicats apparaisse plus évidente.

Je ne doute pas de leurs engagements sociaux, mais la concurrence entre ceux-ci gomme trop souvent leur action sociale.

Que la santé soit au rendez-vous.

Greffé depuis presque un an, j’espère une année joyeusement en santé et je vous le souhaite aussi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.