/news/society
Navigation

Visages de notre histoire: Myra Cree, une femme mohawk d’exception

Myra Cree
Photo d’archives, Radio-Canada

Coup d'oeil sur cet article

D’Oka à Radio-Canada

Née en 1937 à Oka-Kanesatake, Myra Cree est la fille unique du chef Ernest Arirhon Cree et Georgianna-Catherine Johnson. Sur sa jeunesse, Myra Cree aura ses mots : « J’ai grandi à Oka, et quand on nous parle des beaux jours de mon enfance, je ne me souviens que de deux choses : au mieux, la mésentente cordiale, au pire, l’indifférence. » 

Grandissant en anglais à côté du petit commerce familial, Myra Cree apprend le français chez les sœurs de la congrégation de Notre-Dame. D’abord enseignante, elle se tourne vers le journalisme en 1960. Alors mère de quatre jeunes enfants, elle perd tragiquement son conjoint dans un accident en 1969. Tout en élevant sa famille à Oka avec une compagne, Myra Cree fait carrière à Radio-Canada. Première femme chef d’antenne au Téléjournal en 1976 et ensuite animatrice à l’émission Second Regard de 1978-1984, c’est à la radio que le public pourra véritablement connaître les multiples facettes de cette femme chaleureuse et discrète.  

RÉALISATIONS 

Vivre la crise d’Oka de l’intérieur 

Située dans le secteur de Saint-Justin dans 
Mercier, la rue Myra-Cree a été nommée ainsi en 
2008, trois ans après le décès de l’animatrice. Il 
s’agit de la seule rue à Montréal portant le nom 
d’une femme autochtone.
Photo courtoisie, Maude Bouchard-Dupont
Située dans le secteur de Saint-Justin dans Mercier, la rue Myra-Cree a été nommée ainsi en 2008, trois ans après le décès de l’animatrice. Il s’agit de la seule rue à Montréal portant le nom d’une femme autochtone.

Les premières rumeurs de la crise viennent aux oreilles de Myra Cree au début juillet 1990, alors qu’elle est en vacances. De retour à Oka, sa maison devient rapidement un centre névralgique. Pour la petite-fille de grand chef Timothy Arirhon, l’heure est grave. Les esprits s’enflamment autour d’un projet résidentiel de luxe et l’agrandissement d’un golf sur une pinède où l’on trouve un ancien cimetière mohawk, un territoire depuis longtemps revendiqué par la communauté. 

L’intransigeance des autorités pousse plusieurs Mohawks de Kanasatake et Kahnawake à se radicaliser. Face à l’escalade de violences et aux injures des différents camps, Myra Cree fonde avec plusieurs compatriotes le Mouvement pour la justice et la paix à Oka-Kanesatake pour aider à dénouer pacifiquement la crise. Pour la femme de lettres, la solution s’incarne dans le dialogue et la réconciliation. La crise d’Oka marque profondément Myra Cree, qui ne cessera par la suite de s’impliquer au sein de sa communauté et de faire rayonner les cultures autochtones.  

HÉRITAGE 

Une pionnière et une femme de convictions

La pinède d’Oka est au cœur 
du conflit lors de la Crise d’Oka 
en 1990
Photo d'archives de la Ville de Montréal, Nick Barker
La pinède d’Oka est au cœur du conflit lors de la Crise d’Oka en 1990

Première femme et première autochtone à la tête du Téléjournal, Myra Cree est une véritable pionnière. Durant sa longue carrière, elle s’autorise graduellement plus de libertés. Lorsqu’elle couvre la visite du pape au début des années 1980, l’animatrice dira avec humour que Jean-Paul II et la gouverneure générale Jeanne Sauvé portent tous deux bien la robe ! Mais c’est à l’émission radio L’embarquement pour si tard que la femme de grande culture s’épanouit véritablement. 

Dans les années 1990, Myra Cree s’affirme ouvertement lesbienne, ce qui est rare pour une personnalité publique à l’époque. En plus de s’investir politiquement à Oka-Kanesatake, elle fait la promotion des langues et des cultures des Premières Nations de multiples façons. Elle s’implique auprès de Terres en vues, notamment pour le lancement du festival montréalais Présence autochtone. 

Récipiendaire du prix Judith-Jasmin et de l’Ordre national du Québec, elle est, depuis 2008, la seule femme autochtone à avoir une rue nommée à sa mémoire à Montréal.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.