/news/currentevents
Navigation

Party dans l’avion vers le Mexique: «On n’a pas de regrets»

Coup d'oeil sur cet article

Un des passagers du fameux «party dans l’avion» à bord d’un vol de Sunwing en direction du Mexique refuse de présenter des excuses, et va même jusqu’à en rajouter une couche.  

• À lire aussi: Party d’influenceurs en avion: l’organisateur refuse de s’excuser

• À lire aussi: Infectés par la COVID en voyage, ils regrettent d’être allés dans le Sud

• À lire aussi: Party à bord: pas simple de dérouter un avion

• À lire aussi: James William Awad pourrait avoir une amende de 100 000$

Jérôme Feujio plaide que la compagnie aérienne ne s’est jamais plainte à leur endroit et que des agents de bord auraient même participé à la fête.  

«À aucun moment on nous a demandé d’arrêter. À aucun moment le pilote n’est allé se plaindre. La déclaration de Sunwing est complètement fausse», réfute catégoriquement M. Feujio.  

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec le psychologue Paul Langevin sur QUB radio : 

Le passager assure que certains agents de bord n’étaient pas cachés à l’arrière de l’appareil, mais étaient plutôt avec le groupe de fêtards.  

«Il y a des vidéos où ils parlent avec nous, et on a des vidéos où ils prennent des “shooters” avec nous», insiste M. Feujio. 

Il rejette d’ailleurs la faute sur la compagnie aérienne, qui n’aurait pas limité la consommation d’alcool des passagers, encourageant ainsi les débordements survenus pendant le vol.  

«Qu’ils n’essaient pas de dire qu’ils ont essayé de nous dire d’arrêter, parce qu’à aucun moment ils n’ont fait cela», soutient fermement le voyageur.  

Lorsque questionné à savoir s’il éprouvait certains regrets à propos de cette affaire, Jérôme Feujio, qui est aussi boxeur, a été catégorique.  

«Non, on n’a pas de regrets parce que ça ne s’est pas passé comme les journalistes ont interprété l’affaire. L’affaire ne s’est pas passée comme ça», soutient-il.  

«On parle d’un avion de près de 200 personnes, et sur 200 personnes, il y en a à peu près 10 à 15 qui font la fête. Et sur toutes ces personnes, il n’y en a qu’une seule qui fume. Vous ne pouvez pas utiliser un mini pourcentage pour juger tout le monde», se défend-il, ajoutant qu’il est pour sa part resté assis tout au long du vol.  

Jérôme Feujio affirme ne pas craindre les amendes et les impacts possibles sur sa carrière de boxeur, préférant se consacrer à «sortir la vérité.»  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.