/sports/hockey
Navigation

Une chance inespérée pour Jarred Tinordi

Une chance inespérée pour Jarred Tinordi

Coup d'oeil sur cet article

La COVID-19 joue certes des tours aux équipes de la Ligue nationale et à leurs joueurs, mais le temps d’un soir, elle a souri à l’ancien défenseur du Canadien de Montréal Jarred Tinordi.

• À lire aussi: Une culture gagnante à retrouver

• À lire aussi: Carey Price fait du surplace

Signataire d’un contrat de deux ans et de 1,8 million $ des Rangers de New York pendant la saison morte, l’imposant athlète de 6 pi et 6 po avait été justement dû se tenir à l’écart en raison du coronavirus avant de retrouver ses coéquipiers la semaine dernière. Puis, Patrick Nemeth s’est soumis au protocole de la Ligue nationale, ce qui a permis à Tinordi de participer au match de samedi face aux Ducks d’Anaheim. 

Même s’il s’agissait de sa première rencontre dans le circuit depuis le 21 novembre et de sa sixième en 2021-2022, il a fait sentir sa présence, inscrivant le but décisif en troisième période dans un gain de 4 à 1. Sa faible utilisation constitue évidemment un obstacle selon lui, mais il doit se tenir prêt à toute éventualité, particulièrement en ces temps de pandémie.

«Quand vous n’avez pas été là pour un certain moment, je pense qu’il faut simplement avoir le bon état d’esprit, a-t-il déclaré au quotidien New York Post. Ces gars-là effectuent un excellent travail. Par contre, mon corps est prêt. C’est une façon d’aborder le tout pour que ça reste simple.»

Le hockeyeur ayant seulement au compteur 108 parties de saison dans la ligue depuis ses débuts en 2012-2013 avec le Tricolore sait ainsi que la situation est plutôt instable. Ses prochaines missions pourraient se présenter à lui plus rapidement que prévu.

«Les choses peuvent changer très vite dans ce sport. Avec la COVID et tout ce qui se passe, vous ne savez pas ce qui se passera chaque jour, a-t-il ajouté. Vous devez donc ajuster votre manière d’approcher ça et vous assurer d’être prêt à jouer.»

Un travail à faire

Tinordi, qui retrouve le pilote Gerard Gallant qu’il a connu lorsque celui-ci agissait comme adjoint à Montréal, commence toutefois à s’habituer aux longues périodes d’inactivité. Il dit vouloir demeurer en contrôle, physiquement et mentalement, malgré tout.

«C’est toujours difficile d’être à l’écart pour une durée prolongée et de revenir à vitesse maximale, a-t-il admis. Cependant, il faut utiliser votre temps de la meilleure façon possible. Quand vous regardez des matchs, c’est facile de se laisser envahir par toutes sortes d’idées, donc vous essayez de voir le tout en ayant un objectif en tête et en étant en maîtrise complète.»

«Lorsque je joue dans une rencontre, j’ai un boulot à abattre, a-t-il ajouté. Je vois mériter cette confiance pour que je revienne en action. Je tente toujours d’être physique, mais il y a quelques affrontements où c’est davantage le cas que d’autres. L’aspect le plus important, c’est de laisser les choses se présenter un peu à vous, car si vous essayez de les provoquer en sortant de vos moyens, c’est à ce moment que des mésaventures surviennent.»

Les Rangers avaient rendez-vous avec les Kings à Los Angeles, lundi soir.

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.