/news/coronavirus
Navigation

Vaccination obligatoire: les propos de Duclos sont «incendiaires», selon les conservateurs

Vaccination obligatoire: les propos de Duclos sont «incendiaires», selon les conservateurs
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti conservateur a qualifié d’«incendiaire» la déclaration du ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, qui disait vendredi dernier que la vaccination obligatoire ferait inévitablement son chemin au Canada.

• À lire aussi: Un employeur ne peut pas imposer un dépistage à ses employés, dit le ministre du Travail

Puisque les pouvoirs entourant la vaccination obligatoire reviennent aux provinces, M. Duclos insistait pour dire qu’il s’agissait d’une réflexion «tout à la fois personnelle et pas totalement pertinente».

«D’arriver comme ça avec une opinion personnelle et de prétendre en disant que les provinces devraient ou devront faire la vaccination, c’est des propos qui ne sont pas justifiables de la part d’un ministre fédéral», a déclaré le député Pierre Paul-Hus lors d’une conférence de presse à Ottawa lundi.

Ce dernier n’a pas clairement indiqué si son parti appuyait ou non l’idée de rendre obligatoire la vaccination contre la COVID-19.

«Nous, du côté conservateur, on a toujours été clairs qu’on favorise au maximum la vaccination, qu’on encourage fortement les Canadiens à se faire vacciner, que c’est le meilleur moyen de sortir de la pandémie, mais ce n’est pas en ayant des propos incendiaires qui provoquent des tensions qu’on va arriver à ça», a-t-il ajouté.

«Le gouvernement, sa responsabilité, c’est de faire en sorte que les Canadiens soient encouragés à se faire vacciner le plus possible et c’est comme ça qu’on va s’en sortir.»

Lors de son point de presse vendredi, Jean-Yves Duclos soutenait que la vaccination obligatoire ferait éventuellement partie «des discours, des réflexions et peut-être même des actions des provinces et des territoires à plus long terme».

«Ce que je vois personnellement venir, pas tout de suite parce qu’on n’est pas rendu là, c’est une discussion et possiblement des actions claires en matière de vaccination obligatoire au pays pour se débarrasser de la COVID-19», avait-il dit.

Québec n’a pas exclu d’imposer la vaccination. «À ce moment-ci, ce n’est pas une avenue que nous envisageons», avait-on déclaré au cabinet du ministre québécois de la Santé, Christian Dubé.

  • Écoutez Philippe-Vincent Foisy et Antoine Robitaille au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Une stratégie différente pour Omicron

Récemment, le chef conservateur Erin O’Toole avait fait réagir lorsqu’il plaidait pour des accommodements plutôt que de plus amples restrictions pour les non-vaccinés. Il suggérait notamment de leur offrir de passer des tests rapides plutôt que de les exclure dans certains contextes.

Il suggérait de mettre en place des «accommodements raisonnables» pour les travailleurs de certains secteurs dont l’absence pourrait avoir un impact sur l’économie, comme les camionneurs, par exemple.

Depuis la campagne électorale, l’été dernier, les conservateurs accusent les libéraux de se servir de la vaccination et de la pandémie pour «diviser» les Canadiens.

En guise de réponse, Jean-Yves Duclos déclarait vendredi qu’il était «choqué» que le chef conservateur n’exige pas de ses députés qu’ils soient tous vaccinés. En décembre, M. O’Toole ne voulait pas se prononcer sur le statut vaccinal de quatre députés, qui étaient absents aux Communes.

À VOIR AUSSI     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.