/opinion/columnists
Navigation

Et si on dépolitisait le dossier de la COVID?

Et si on dépolitisait le dossier de la COVID?
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Voilà, c’est fait. Le Dr Horacio Arruda a démissionné.

Comme je l’écrivais samedi, le directeur de santé publique du Québec a joué un rôle important lors des premiers mois de cette crise.

Il nous a rassurés, nous a sécurisés.

Ce n’est pas rien.

DÉPOLITISER LE DOSSIER ?

Mais avec l’apparition du variant Omicron, la donne a changé.

Et au cours des derniers mois, de plus en plus de gens ont commencé à se demander si le directeur national de santé publique était encore l’homme de la situation.

On avait l’impression qu’il n’était pas vraiment au fait des dernières études sur la COVID-19. Il semblait toujours en retard. Comme s’il n’était pas au courant de ce qui se passait en Europe.

Maintenant que le Dr Arruda est parti, j’ose poser une question : pourrions-nous en profiter pour dépolitiser le dossier de la lutte à la COVID-19 ? 

  • Écoutez l'analyse de Richard Martineau, Jean-François Lisée et Thomas Mulcair sur QUB radio:

UN COMITÉ MULTIPARTITE

« La guerre est une chose trop grave pour la confier à des militaires », disait Clemenceau.

Et si on disait la même chose à propos de la lutte à la pandémie ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Une idée, comme ça...

Que diriez-vous si c’était un comité spécial composé de membres de différents partis qui prenait toutes les décisions concernant la lutte à la COVID-19 ?

Faut-il ou non imposer un couvre-feu ? C’est le comité – et non le gouvernement – qui décidera.

Faut-il ou non imposer la vaccination obligatoire ? Là encore, c’est le comité qui décidera.

Car actuellement, il n’y a qu’une gang qui décide de ce qui se fait ou non : la CAQ.

Le gouvernement gère de plus en plus par décret. Comme si le dossier de la COVID-19 était SON dossier. Et que seule la CAQ – j’irais même jusqu’à dire : seul le PM – savait ce qu’il fallait faire.

Or, désolé, mais des bonnes idées, j’en entends beaucoup.

Certaines proviennent du PQ, d’autres du PLQ ou de Québec solidaire.

CAVALIER SEUL

Vous me direz que François Legault consulte des experts de la santé publique avant de prendre la moindre décision.

Vous croyez encore ça ?

Moi, plus ça va, plus j’ai l’impression que les décisions prises par le gouvernement de monsieur Legault sont des décisions purement politiques.

Prenez le couvre-feu. Pourquoi monsieur
Legault a choisi d’imposer un couvre-feu à tout le monde ? Parce que ça donne l’impression que le gouvernement agit. Qu’il fait « quelque chose ». Même si ce « quelque chose » ressemble à « n’importe quoi ».

Idem pour la fermeture des commerces le dimanche.

Monsieur Legault a été élu pour gérer l’économie, l’éducation, etc.

Pas pour gérer la lutte à une pandémie à lui tout seul.

Le gouvernement refuse même de devancer la reprise des travaux parlementaires et de répondre aux questions légitimes des partis d’opposition ! Alors que la situation est urgente et que le nombre d’hospitalisations ne cesse de grimper !

UNE SANTÉ PUBLIQUE INDÉPENDANTE

Bref, on devrait dépolitiser le poste de directeur de santé publique (qui, actuellement, relève du sous-ministre à la Santé, ce qui est une aberration totale).

Puis libérer tout ce qui touche la lutte à la pandémie de la joute partisane.

Je rêve ? Peut-être...

Mais s’il y a une période où il faut penser « en dehors de la boîte », c’est celle-ci...