/news/politics
Navigation

Résidences de James William Awad: «Je suis tombé en bas de ma chaise en voyant les statues», dit le maire

L’organisateur du party dans l’avion de Sunwing dans la mire de Bois-des-Filion

GEN - DEVANTURE MAISON JAMES WILLIAM AWARD
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Bois-des-Filion confirme qu’il a dans sa mire James William Awad, un résident de sa ville qui multiplie les infractions municipales et qui fait les manchettes à l’international avec son party privé d’influenceurs qui a dégénéré dans un avion de Sunwing. 

• À lire aussi: Party en avion: l’organisateur du vol veut acheter tous ses voisins

• À lire aussi: Party dans l’avion vers le Mexique: «On n’a pas de regrets»

« On se réunit ce soir [mardi] pour voir vers quoi on s’enligne. On va essayer d’évaluer tout ça et donner une certaine quiétude aux citoyens qui habitent à proximité aussi », affirme Gilles Blanchette, maire de Bois-des-Filion. 

Ce dernier confie avoir été surpris en découvrant les statues devant les résidences de James William Awad dans Le Journal mardi matin.

Gilles Blanchette
Photo courtoisie
Gilles Blanchette

« Je ne savais pas qu’il avait des statues et des plaques [avec des menaces de mort]. J’ai constaté tout ça en même temps que tout le monde qui a lu l’article. Je suis tombé en bas de ma chaise en voyant les statues », lance M. Blanchette. 

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Gilles Blanchette, maire de Bois-des-Filion sur QUB radio :

Le Journal révélait mardi que M. Awad voulait se débarrasser de ses voisins sur la place du Coteau, à Bois-des-Filion, pour construire un club privé. Il a déjà acheté six maisons et un terrain boisé pour la somme de 6,3 millions $.

Constructions sans permis 

L’homme de 28 ans a érigé des statues à son effigie sur ses terrains. Dans l’une d’entre elles, il porte une robe de chambre, dans une autre, il tient un micro à la main ou encore une épée.

« J’ai demandé aux urbanistes de regarder si les sculptures respectaient la réglementation municipale ou non », explique M. Blanchette. 

« On a plusieurs dossiers ouverts avec M. Awad notamment à propos de constructions sans permis. Quand il achète ses propriétés, il refait des travaux, mais il n’a pas demandé l’autorisation », précise le maire de la ville située au nord de Montréal. 

GEN - DEVANTURE MAISON JAMES WILLIAM AWARD
Photo Martin Alarie

Au moins cinq amendes de plus de 800 $ chacune, pour des constructions sans permis, lui ont été remises au cours des deux dernières années. 

Toujours selon Gilles Blanchette, Awad aurait aussi coupé 26 arbres sans permis sur ses terrains entraînant un constat d’infraction de 3875 $. 

GEN - DEVANTURE MAISON JAMES WILLIAM AWARD
Photo d'archives

Contacté à ce sujet, James William Awad assure que la coupe des arbres est une faute de son entrepreneur qui n’a pas « coupé à la bonne place ». 

Ce dernier construirait en ce moment un studio d’enregistrement et un spa pour le club qu’il veut créer sur la place du Coteau. 

GEN - DEVANTURE MAISON JAMES WILLIAM AWARD
Photo Martin Alarie

Projet illégal ?

M. Blanchette indique que cela serait illégal puisque ce secteur de Bois-des-Filion est « une zone résidentielle réservée aux maisons unifamiliales et non aux activités commerciales ». 

Une statue à l’effigie de James William Awad en peignoir devant une de ses six maisons, située sur la place du Coteau à Bois-des-Filion.
Photo Martin Alarie
Une statue à l’effigie de James William Awad en peignoir devant une de ses six maisons, située sur la place du Coteau à Bois-des-Filion.

Qu’attend donc la Ville pour l’arrêter ?

« On n’est pas en mesure de constater l’intérieur des maisons. On a essayé d’intervenir plusieurs fois pour analyser les propriétés. Chaque fois qu’on arrive sur les lieux, personne ne répond. [...] Légalement, on ne peut pas défoncer une porte barrée », laisse tomber le maire. 

GEN - DEVANTURE MAISON JAMES WILLIAM AWARD
Photo courtoisie

M. Blanchette ajoute que lorsque la Ville s’approche pour réaliser des inspections, toutes les personnes qui habitent ou travaillent dans les propriétés d’Awad disparaissent.