/opinion/columnists
Navigation

La belle connerie de Novak Djokovic

TENNIS-AUS-OPEN
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quelle déception que de voir une icône du sport, un grand champion, se comporter comme un sot irresponsable et prétentieux ! C’est la triste image que nous renvoie le tennisman Novak Djokovic avec son entrée en Australie.  

L’athlète non vacciné n’a vraiment pas d’affaires dans un autre pays à ce point-ci de la pandémie. Lorsque vous visitez un pays, vous devez toujours respecter les lois et règles locales. C’est encore bien plus vrai lorsqu’il est question de santé et lorsque nous sommes confrontés à une pandémie qui a fait des morts par milliers.

L’attitude de Djokovic est détestable à plusieurs égards. D’abord, on sent que du haut de son statut d’élite du tennis, il fait semblant que tout est correct de son côté. Il prend l’air éberlué du gars que la police arrête et qui ne comprend même pas ce qui se passe.  

Pourtant, il sait bien que toute son affaire est très bancale. Son attitude au-dessus de tout, au-dessus des lois et au-dessus des autres citoyens me pue au nez au plus haut point. Mais son attitude du type qui ne comprend pas ce qui se passe m’énerve davantage.

À dormir debout  

Rien ne se tient dans son histoire. D’abord, essayer de faire croire à une exemption d’être vacciné parce qu’il a contracté la COVID-19 en décembre ne répond pas à la vraie question. Au mieux, cela pourrait lui procurer un droit d’entrée particulier à la frontière australienne. Mais les dirigeants de l’Open d’Australie avaient été clairs : les joueurs participants devaient être vaccinés.

D’ailleurs, toute son explication sur le vaccin ne tient pas la route. Il affirme refuser de mentionner publiquement s’il est vacciné ou non pour éviter d’être associé à un des groupes : les pro-vaccins et les antivaccins.  

Belle connerie. Il n’y a pas deux groupes. Un virus frappe, la recherche médicale permet de développer un vaccin pour protéger la population. Alors, les autorités demandent à la population de se faire vacciner. Les vaccinés ne sont pas un groupe militant. Ils posent le geste sensé qui leur est expliqué scientifiquement et démontré rationnellement. Ceux qui se refusent et se braquent sont des militants « anti ».

Nous comprenons bien le mensonge éhonté de l’ami Novak. Il refuse le vaccin, mais invente cette bouillie à titre d’explication pour éviter la honte d’être associé aux conspirationnistes ou à toutes les théories fumeuses qui mènent à craindre le vaccin.  

Irresponsable

Évidemment, mentir à une si grande échelle est un gros contrat. Les fils finissent par s’emmêler. C’est ce qui est arrivé au célèbre joueur de tennis. Pour éviter qu’il soit expulsé d’Australie, ses avocats ont plaidé avec insistance qu’il avait contracté la COVID en décembre dernier, précisant une date : le 16.

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’on retrouve des photos d’un événement public tenu le 17 décembre auquel Djokovic participait... avec la COVID... sans même un masque. Le gars si important qu’il peut se foutre des autres.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.