/opinion/blogs/columnists
Navigation

La catastrophe de la réouverture hâtive des écoles

La catastrophe de la réouverture hâtive des écoles
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement veut rouvrir les écoles dès la semaine prochaine, ce qui risque de provoquer une catastrophe.

Le nombre de contagions à la COVID-19 n’a jamais été aussi élevé que maintenant.

Le nombre d’hospitalisations par jour est plus élevé que dans les vagues précédentes.

Le nombre de personnes qui entrent chaque jour aux soins intensifs est plus élevé que dans les autres vagues.

Jamais autant de Québécois n’ont été privés de services de santé «non urgents», en raison du délestage.

Et pourtant, le gouvernement veut dès la semaine prochaine ouvrir les salles de classe aux élèves du primaire et du secondaire.

Même si 40% des contaminations avant Noël avaient lieu dans les écoles. Des enfants contaminés qui risquent de contaminer leurs frères, leurs sœurs, leurs parents, qui, eux, à leur tour, risquent de contaminer leur milieu de travail ou leur communauté.

Illogique

Où donc est la logique du gouvernement?

Est-ce que le bien-être de la très vaste majorité des enfants québécois et des familles québécoises doit céder devant les exigences du petit pourcentage d’enfants qui ont de graves problèmes à la maison et qui gagneraient à aller à l’école, même en plein milieu de la pandémie?

La réponse est évidemment non.

Faut-il encore une fois que les intérêts de la majorité cèdent devant ceux d’une petite minorité?

On dirait que oui.

Gageons qu’en même temps, le gouvernement voudra maintenir le couvre-feu. Comprenne qui pourra.

Amour des minorités

Il est incroyable de voir combien les minorités de tout acabit sont choyées et protégées au Québec. 

C’est malheureusement cet amour des minorités qui semble pousser le gouvernement à rouvrir les écoles, alors que tous les signaux indiquent qu’il faut logiquement les garder fermées. 

Cette décision de rouvrir les écoles va être directement responsable de centaines, peut-être de milliers de morts.

Tout le monde veut que les enfants retournent à l’école le plus tôt possible. Mais pas au prix d’une hécatombe dans le système de santé. 

Dans quelques semaines, quand davantage de Québécois auront reçu leur troisième dose et que leur système immunitaire sera renforcé, quand le nombre de patients hospitalisés en raison de la COVID aura diminué, quand le personnel hospitalier sera revenu travailler en nombre suffisant, il sera possible de songer à rouvrir les écoles.

Mais pour le moment, rouvrir les écoles revient à sacrifier inutilement la vie de nombreux Québécois.

À moins que le gouvernement, sans le dire, ait décidé de sacrifier la vie de Québécois pour atteindre plus rapidement une immunité de groupe. Auquel cas, il devrait au minimum nous informer de ce choix discutable.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.