/finance/business
Navigation

Le projet d’usine menaçant le «Champ des monarques» abandonné

Le projet d’usine menaçant le «Champ des monarques» abandonné
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La société Medicom a finalement renoncé à construire une usine de tissu pour masques dans une friche de l’ouest de l’île de Montréal fréquentée par des centaines de monarques annuellement.  

• À lire aussi: Pierre Fitzgibbon lance la grande offensive du «Fabriqué au Québec»

«La décision de ne pas construire cette usine sur le site d’[Aéroports de Montréal] relève du fait que le site ne correspond plus à tous nos besoins», a confirmé au Journal Gopinath Jeyabalaratnam, directeur des affaires publiques. 

Ce terrain de 215 hectares initialement dans la mire de Medicom foisonnait de plants d’asclépiades, une plante essentielle à la survie des monarques, en plus d’être un endroit privilégié pour l'observation d'oiseaux. 

Nombre d’acteurs du secteur environnemental s’étaient mobilisés pour empêcher la construction de l’usine, qui aurait nui à la survie de ce papillon dont la situation est «préoccupante» au pays. 

«C’est évident que la compagnie a pris la bonne décision sur le plan environnemental et pour les monarques. Chapeau à eux», souligne Patrick Barnard, de la Coalition Verte.

Le nouvel emplacement qui accueillera l’usine produisant la matière à la base des masques chirurgicaux et des N95 et le centre d'innovation des équipements de protection individuels devrait être annoncé prochainement, indique Medicom. 

«Le site que nous allons choisir répondra aux normes techniques élevées et aux valeurs environnementales qui nous animent», précise M. Jeyabalaratnam.