/opinion/columnists
Navigation

Quand la CAQ préfère la mollesse 101

GEN-Conf�rence d� presse concernant la refonte du programme �thique et culture religieuse
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation affirme qu’il n’est pas nécessaire d’étendre la loi 101 aux cégeps, selon ses déclarations au bureau parlementaire du Journal.

L’orientation du ministre contredit le point de vue de nombreux experts soucieux de la préservation de la langue française au Québec.

Nous savions que François Legault s’opposait à l’extension de la loi 101 aux cégeps pour ne pas heurter la communauté des affaires et un segment de son électorat.

Jean-François Roberge agit en bon soldat et répond aux exigences de son commandant tout en faisant fi de la réalité sur le recul du français.

Sous des airs de défendre la langue, le gouvernement caquiste contribue à son recul !

Casquer pour l’autre

Le ministre Jean-François Roberge se dit fier de son bilan en éducation. Est-ce vraiment son bilan ou celui du premier ministre dont il est un simple exécutant ?

Quoi qu’il en soit, y a-t-il vraiment lieu de s’enorgueillir des réalisations caquistes en éducation ?

Je ne crois pas que les caquistes aient révolutionné quoi que ce soit dans le domaine scolaire. La sortie de la pandémie révélera probablement une sérieuse détérioration en matière de réussite éducative.

De toute façon, le premier ministre pourra sacrifier un autre pion comme il vient de le faire avec le docteur Arruda qui paie pour les décisions politiques.

Défensive absente

Le ministre Simon Jolin-Barrette se vantait de redonner du muscle à la loi 101.

Le gouvernement laisse s’agrandir le cégep Dawson, refile l’ancien Royal Victoria à l’Université McGill, permet aux municipalités de préserver leur statut bilingue, malgré une majorité francophone, et demeure muet sur la façon de plafonner les inscriptions dans les cégeps anglophones.

Il est surprenant qu’il y ait encore du monde pour croire que le gouvernement Legault protège la culture, la langue et la laïcité.

Au hockey, on parlerait d’une défensive poreuse. Comme le CH, le gouvernement serait au dernier rang.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.