/news/currentevents
Navigation

115 000 $ pour une victime d’abus policier

La Ville de Montréal et le SPVM lui verseront l’argent

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal et trois policiers ont été condamnés à verser plus de 115 000 $ pour dédommager un citoyen ayant subi une violente arrestation il y a neuf ans. 

• À lire aussi: Un ado de 17 ans atteint par balle à Montréal

• À lire aussi: Un enquêteur du SPVM tabassé

« C’est dur de s’en sortir et d’oublier ça. Mais avec une décision comme ça, ça aide à aller de l’avant, a indiqué Didier Berry, soulagé. Mais le SPVM [Service de police de la Ville de Montréal] ne s’est toujours pas excusé pour ce qu’ils m’ont fait. »

L’altercation est survenue à la sortie des bars, vers 3 h, dans la nuit du 23 et 24 octobre 2012, sur le boulevard De Maisonneuve, près de l’intersection de la rue Saint-André à Montréal.

Des agents ont décidé de procéder à l’arrestation de M. Berry qui filmait une intervention policière, en soutenant qu’il était revenu à plusieurs reprises sur les lieux malgré des indications contraires. 

Il a reçu de nombreux coups au visage et au thorax, du poivre de cayenne dans les yeux et la bouche. Il a eu une lèvre fendue et a dû être transporté en ambulance. 

« J’ai failli mourir, je me faisais étrangler, je me faisais insulter, j’ai reçu un coup dans les parties génitales », a relaté M. Berry.

Arrestation injustifiée

Le citoyen a été accusé d’entrave et de voies de fait contre les policiers impliqués, mais il a finalement été acquitté. 

« L’arrestation de monsieur Berry n’était pas justifiée, non plus que l’usage de la force », a affirmé le juge Marc St-Pierre dans sa décision rendue récemment, rejetant ainsi la version des policiers. 

Le Montréalais souhaite désormais que son combat puisse inspirer d’autres victimes de violence policière à aller devant les tribunaux pour chercher réparation, mais surtout décourager les abus. 

La Ville de Montréal n’a pas été en mesure de commenter l’affaire jeudi.

À voir aussi