/news/currentevents
Navigation

Massacre évité dans une école de Montréal: des ados inspirés par la tuerie de Columbine

FILES-US-GUNS-SHOOTING-ANNIVERSARY
Photo d’archives, AFP La tuerie de Columbine, qui a fait 15 morts en 1999, et le documentaire Bowling for Columbine ont inspiré des adolescents qui planifiaient un massacre à leur école secondaire de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Deux adolescents se sont reconnus coupables, hier, d’avoir orchestré un plan machiavélique pour commettre un massacre dans leur école secondaire de Montréal, après s’être inspirés de la tuerie de Columbine.

«Ça va être la dernière journée de cours pour certains, préparez-vous pour le party, on va faire l’histoire», pouvait-on lire dans une conversation entre les accusés présentée en preuve hier à la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

Ces sinistres propos avaient été tenus l’été dernier, lorsque quatre ados de 15 ans s’étaient mis en tête d’entrer dans leur établissement scolaire, d’y mettre le feu afin de créer la panique, puis de «tirer sur ceux qu’on veut tirer».

Leur plan était détaillé à la minute près, indiquant entre autres quand et comment ils prévoyaient de bloquer les sorties, et où ils voulaient allumer des feux. Une coaccusée s’était même procuré un livre anarchiste indiquant comment fabriquer des engins explosifs artisanaux.

«On a contacté des gens pour des [pistolets] Tec-9», avait d’ailleurs indiqué l'un des coaccusés, tandis qu’une autre ado avait dit vouloir apporter des haut-parleurs pour mettre de la musique pendant le carnage.

Comme aux États-Unis

Le groupe de quatre jeunes avait également préparé une «liste d’épicerie» indiquant qui devait se procurer quoi.

Dans une autre discussion avec une personne non identifiée, l'un des ados avait pour sa part fait une référence à la tuerie de Columbine, qui, en 1999, avait fait 15 morts et 24 blessés dans une école secondaire des États-Unis.

«Certains jeunes de ce groupe avaient visionné un documentaire» sur la fusillade, a expliqué Me Joanie Trudel, de la Couronne. «Cela a mené à des “blagues”, qui ont mené [à l’élaboration du plan].»

Leur projet est toutefois parvenu aux oreilles d’intervenants, qui ont immédiatement appelé la police. 

Des aveux

Questionnée par les autorités, l'une des ados a fini par tout avouer, ce qui a permis l’arrestation du groupe, a pour sa part souligné Me Mathieu Farazandeh, de la défense.

Face à une preuve accablante, deux des jeunes ont coupé court au processus judiciaire hier, en plaidant coupable de menaces. Ils reviendront en cour en avril pour les observations sur la peine. D’ici là, un rapport sera confectionné afin de dresser leur portrait.

– Avec Valérie Gonthier

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.