/sports/others
Navigation

Pékin 2022: cinq Québécois parmi l’équipe canadienne

Les essais olympiques ont permis de compléter la formation de ski de fond du Canada en vue des prochains Jeux

SPO-OLYMPIQUES
Photo d’archives, Benoit Pelosse Cendrine Browne avait notamment participé aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe canadienne comptera cinq Québécois parmi les sept fondeurs qui prendront part aux Jeux olympiques de Pékin.

• À lire aussi: Des Jeux olympiques différents pour Marie-Philip Poulin

• À lire aussi: Laurence St-Germain confirme sa place sur l’équipe olympique

Nordiq Canada a fait l’annonce des heureux élus, jeudi. Si Katherine Stewart-Jones, Antoine Cyr et Olivier Léveillé avaient déjà répondu aux exigences de l’organisme à l’occasion des quatre étapes de la Coupe du monde qui se sont déroulées avant les Fêtes, Cendrine Browne et Laura Leclair ont dû mériter leur billet pour la Chine lors des Essais olympiques à Canmore qui ont pris fin, mardi. Browne a réglé le dossier dès la première journée des Essais en terminant au premier rang au sprint style libre.

« Parce que je suis une fille de longue distance, ce fut une grosse surprise de remporter le sprint style libre de 1,2 kilomètre, a-t-elle expliqué. J’ai gagné par six secondes, ce qui est énorme. J’ai terminé les Essais sans pression. »

Browne aurait préféré assurer sa qualification en Coupe du monde, mais elle était confiante lorsqu’elle s’est pointée en Alberta. « Même si les résultats n’étaient pas ceux que je souhaitais, j’avais néanmoins réalisé de bonnes performances en Europe, a-t-elle souligné. J’ai fait beaucoup de préparation mentale et j’étais prête à performer. »

« J’aurais aimé me présélectionner, mais j’étais déçue oui et non parce que je savais que j’avais une deuxième chance de me qualifier, de poursuivre Browne qui vivra ses deuxièmes Jeux olympiques après ceux de Pyeongchang en 2018. Je voulais prouver que j’avais ma place au sein de l’équipe nationale. Contrairement à 2018, je sais à quoi m’attendre et je vais aborder les Jeux comme une compétition comme les autres. »

Browne devait réussir un top 20 en Coupe du monde pour répondre aux critères de Nordiq Canada et son meilleur résultat a été une 28e position.

Un rêve devenu réalité

De son côté, Leclair a obtenu son billet pour Pékin sans même avoir participé aux étapes de la Coupe du monde contrairement à d’autres filles présentes à Canmore. 

« C’est la course que je visais pour me qualifier, a-t-elle expliqué. Même si j’étais restée au Canada et que je n’avais pas pu évaluer le niveau, j’étais confiante de bien faire aux Essais. Il restait encore trois places et mes chances étaient encore bonnes. »

« J’ai donné le tout pour le tout, de poursuivre la fondeuse de 24 ans qui vivra son baptême olympique. Je suis fière d’avoir performé sous le stress et la pression. Mon rêve olympique est devenu réalité. Je suis contente de mon parcours et fébrile à l’idée de participer à mes premiers Jeux. »

Après les Essais, les athlètes retenus ont pris la direction de Silver Star Mountain en Colombie-Britannique pour tenir le camp final avant le départ pour la Chine. Ils se retrouvent dans une bulle.

« On retrouve ici la même altitude (1700 m) qu’aux Jeux alors que les épreuves olympiques se dérouleront en montagne, a indiqué Browne. C’était important de pouvoir tenir un camp en altitude avant de partir. »

À voir aussi