/world/pacificasia
Navigation

La Chine devrait annoncer pour 2021 une croissance de 8%

Coup d'oeil sur cet article

La Chine devrait annoncer lundi pour 2021 une croissance annuelle au plus haut depuis près d’une décennie, malgré une crise dans l’immobilier et un rebond épidémique qui pèsent sur la reprise du géant asiatique.

Un groupe de 11 experts interrogés par l’AFP table en moyenne sur une hausse de 8% sur un an du produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale.

Il s’agirait de son rythme le plus rapide depuis 2012 (7,8%). Pékin s’était fixé pour 2021 une croissance de 6%.

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près, compte tenu du poids du pays dans l’économie mondiale.

Au troisième trimestre, le géant asiatique avait enregistré un essoufflement de sa croissance (+4,9% sur un an) après un rebond aux deux précédents (18,3% et 7,9% respectivement).

La Chine avait été l’an dernier l’une des rares économies à afficher une croissance positive (2,3%), au moment où le COVID-19 terrassait le reste du monde. Ce rythme était toutefois le plus faible depuis quatre décennies.

Le pays s’est largement remis du choc initial de la pandémie mais des foyers sporadiques de COVID-19 continuent à perturber l’activité.

Le virus pèse en particulier sur la consommation des ménages, relève l’économiste Samuel Tse, de la banque DBS à Singapour.

« Risques importants »

Après l’apparition de plusieurs cas de COVID, trois villes chinoises soit quelque 20 millions d’habitants ont été placées en quarantaine ces dernières semaines.

La souche Omicron, très contagieuse, est montrée du doigt pour une poignée de cas.

La politique du zéro COVID, qui a permis d’endiguer rapidement l’épidémie en 2020, s’accompagne d’un coût social et économique élevé. Le secteur des services (loisirs, tourisme, hôtellerie-restauration, transports...) n’a toujours pas retrouvé son niveau pré-pandémie.

Les mesures draconiennes contre le COVID présentent des « risques importants pour la reprise », prévient l’analyste Raymond Yeung, de la banque ANZ.

Les autorités sont particulièrement sur le qui-vive à l’approche des Jeux olympiques de Pékin (4 au 20 février) et les grands déplacements du Nouvel an lunaire (1er février).

Pour prévenir toute propagation du virus, certaines villes ont déjà demandé à leurs habitants de ne pas retourner dans leur famille comme le veut la tradition, fait remarquer M. Tse.

La reprise est également fragilisée par une flambée du prix des matières premières et une crise dans l’immobilier avec les déboires du promoteur Evergrande, au bord de la faillite.

Le poids lourd du secteur croule sous une ardoise d’environ 260 milliards d’euros. Il se débat depuis plusieurs mois pour honorer ses paiements d’intérêts et ses livraisons d’appartements.

La situation d’Evergrande pénalise l’immobilier et la construction, deux secteurs qui ont joué un rôle clé pour la reprise post-pandémie. Ils pèsent plus du quart du PIB du géant asiatique.

Épidémie et pénuries 

« La faiblesse de la consommation et de l’immobilier continueront à peser sur la croissance en 2022 », estime l’analyste Tommy Wu, d’Oxford Economics.

Et ce, en dépit d’exportations robustes ces derniers mois dues à la demande étrangère en produits médicaux comme les masques, dans le contexte de la pandémie.

Les équipements nécessaires pour le travail à la maison, comme les ordinateurs portables, ont également bénéficié des mesures de confinement imposées dans de nombreux pays.

La croissance mondiale va ralentir cette année y compris en Chine, a prévenu mardi la Banque mondiale, s’inquiétant de la propagation du variant Omicron qui accentue pénurie de main d’oeuvre et problèmes logistiques.

Et l’institution basée à Washington de souligner que la croissance chinoise décélère « plus que prévu ».

Le PIB de 2021 devrait croître de 8% (-0,5 point), estime la Banque mondiale à l’unisson du groupe d’experts interrogés par l’AFP, et de 5,1% (-0,3 point) cette année.

Le Fonds monétaire international (FMI) doit publier ses propres prévisions le 25 janvier.