/finance
Navigation

Le salaire minimum augmentera dès le 1er mai

canadian money dollars argent billets
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le salaire minimum passera à 14,25 $ l’heure à compter du 1er mai 2022, une hausse de 0,75 $. 

• À lire aussi: Bond de près de 20 % des prix de l’immobilier montréalais

• À lire aussi: Le prix de l’essence grimpe encore à Québec

C’est une hausse de 5,56 % pour la période 2022-2023 qu’annonce, vendredi, le ministre du Travail, Jean Boulet. Le gouvernement atteint donc son objectif d’un ratio de 50 % entre le salaire minimum et le salaire moyen.

De plus, les salariés rémunérés avec pourboire verront leur salaire minimum augmenter de 0,60 $ pour ainsi atteindre 11,40 $ l’heure.

«La crise sanitaire engendre d'importants défis pour les entreprises ainsi que pour les travailleuses et les travailleurs du Québec. Dans ce contexte, j'annonce aujourd'hui une hausse importante et conséquente du salaire minimum», a mentionné M. Boulet.

Québec solidaire estime, pour sa part, que cette augmentation demeure en dessous des besoins réels des familles à faible revenu. «La CAQ finira son mandat en ayant été incapable de répondre minimalement à la demande datant de 2016 d'un salaire minimum à 15$ l’heure. La CAQ est déconnectée de la réalité des familles québécoises», a réagi par voie de communiqué Alexandre Leduc, responsable de Québec solidaire en matière de Travail.

De son côté, le ministre Boulet défend sa décision en indiquant que cette hausse est plus faible afin de ne pas nuire à la santé financière des entreprises. «Nous nous assurons que cette hausse respecte la capacité financière de payer des entreprises sans nuire à leur compétitivité», a-t-il expliqué.

Réactions de la FCEI

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) s’est dite soulagée par cette annonce, dans un communiqué. Une telle hausse est d’ailleurs plus pragmatique que d’augmenter le salaire à 18 $ l’heure. Cependant, il faut savoir que certains commerçants auront besoin d’aide afin d’atténuer les impacts de cette hausse, principalement les propriétaires de PME.

«Le gouvernement doit accorder des mesures d’atténuation, comme des allègements fiscaux sur la masse salariale, pour compenser ces pressions sur les coûts dans les plus petites entreprises», a déclaré François Vincent, vice-président Québec à la FCEI, en ajoutant qu’une hausse du salaire minimum peut avoir plusieurs conséquences sur les PME.

Pour la FCEI, l’augmentation du salaire minimum à 18 $ de l’heure ne permettra pas d’éliminer la pauvreté. C’est pourquoi elle privilégie une approche «basée sur des mesures plus optimales qui permettent d’augmenter le revenu global disponible des travailleurs à faible revenu, comme l’exemption de base, les primes au travail ou encore les crédits d’impôt ciblés».

«Il faut privilégier une approche intelligente et cohérente qui puisse être bénéfique pour tout le monde, y compris pour nos PME», a conclu François Vincent.

À VOIR AUSSI :