/finance/business
Navigation

Les taux d’inoccupation de bureaux chutent à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les taux d’inoccupation des bureaux ont chuté à Montréal, ce qui laisse croire que les entreprises entrevoient un retour à la normale.

Selon le rapport du quatrième trimestre 2021 de la CBRE sur les statistiques sur le marché des bureaux au Canada, le pays a connu sa première absorption nette depuis le début de la pandémie.

À Montréal, ce sont les sous-locations qui sont en vogue pendant que plusieurs locateurs aménagent des locaux pour favoriser la sous-location à court terme.

«La résurgence des activités locatives au cours du dernier trimestre laisse entendre que la demande refoulée pour des bureaux polyvalents de qualité offerts à bon prix est beaucoup plus importante qu’elle le paraît. Les locateurs qui offrent la visite de locaux modèles ont du succès; certains aménagent même une partie de leurs locaux vacants à l’avance afin d’attirer de futurs locataires et concurrencer le peu de locaux restant à sous-louer», a expliqué dans un communiqué Jon Ramscar, directeur général du bureau de CBRE à Toronto-Centre.

La forte pénurie de travailleurs a aussi poussé les entreprises à trouver des locaux de grande qualité afin d’attirer et fidéliser les talents. «Cela s’est traduit par une baisse du taux d’inoccupation de la catégorie A à 12,0 % dans la grande région de Montréal. Dans la catégorie B, le taux d’inoccupation est de 18,5 %», peut-on dans la section du rapport concernant Montréal.

Ailleurs au pays, Vancouver (-7,2 %), Toronto (-9,7 %) et Ottawa (-9,9 %) connaissent actuellement les taux d’inoccupation les plus bas en Amérique du Nord. À Montréal, ce sont plutôt les sous-locations qui sont en vogue, tandis que plusieurs locateurs aménagent des locaux pour favoriser la sous-location à court terme.

Retour à la normale

Le quatrième trimestre de l’année 2021 marque un espoir de retour à la normale, puisque le nombre de visites de locaux n’a jamais été aussi élevé depuis près de deux ans. Partout au pays, on a enregistré une superficie nouvelle de 2,4 millions de pieds carrés, dont 70 % étaient préloués avant la fin des travaux. La construction s’est cependant calmée. Actuellement, il n’y a que 14,9 millions de pieds carrés en promotion immobilière. L’année dernière; ce chiffre s’élevait à 17,5 millions de pieds carrés.

«Il devient de plus en plus évident que notre activité de location au centre-ville est fortement corrélée aux confinements. Cependant, contrairement aux vagues de COVID19 précédentes, un plus grand nombre d’entreprises se tournent vers l’avenir et semblent considérer la situation actuelle comme temporaire. Ces résultats nous portent à croire que le marché de bureaux canadien sera très actif en 2022», a mentionné M. Ramscar.

À voir aussi