/sports/ski
Navigation

La meilleure performance en descente de Marie-Michèle Gagnon

Marie-Michèle Gagnon obtient une 5e place à la Coupe du monde de Zauchensee

À la Coupe du monde de Zauchensee, Marie-Michèle Gagnon a terminé à quelques centièmes de seconde du podium.
Photo AFP À la Coupe du monde de Zauchensee, Marie-Michèle Gagnon a terminé à quelques centièmes de seconde du podium.

Coup d'oeil sur cet article

L’air pur de Lac-Etchemin et l’ambiance familiale ont donné des ailes à Marie-Michèle Gagnon, qui a signé, samedi en Autriche, la meilleure performance de sa carrière en descente.

• À lire aussi: «Je me sens à ma place»

• À lire aussi: Ski acrobatique: le rêve olympique de Kerrian Chunlaud sur pause

De passage à la maison dans la période des Fêtes pour la première fois en 15 ans, Gagnon a repris le boulot à la Coupe du monde de Zauchensee, où elle a signé une 5e position, à seulement 0,24 s du podium.

« Ce fut vraiment le plus beau Noël de toute ma vie, a raconté la skieuse de 32 ans. Avant d’opter pour les épreuves de vitesse, j’étais toujours en Europe pendant les Fêtes au cours des 14-15 dernières années. J’étais vraiment contente d’être avec mes sœurs et frères qui ont tous des enfants en bas âge. J’avais fait pas mal de magasinage et on m’a traitée de tante gâteau. Ces Fêtes à la maison m’ont ressourcée. »

La meilleure performance de Gagnon en descente était une 7e place le 26 février dernier, à Val di Fassa, en Italie.

Elle adore l’endroit

La piste de Kälberloch a toujours souri à Gagnon. « C’est ici que j’ai remporté ma première victoire en Coupe du monde en gagnant le combiné en 2014 tout juste avant les Jeux olympiques de Sotchi, a-t-elle souligné. C’est ici aussi que j’ai amassé mes premiers points en descente comme slalomeuse. C’est un parcours technique où l’expérience est importante. Le départ est très abrupt et tu passes de 0 à 115 kilomètres en quatre secondes. » La piste présente une pente de 70 pour cent au départ.

Grâce à sa 5e position, Gagnon a réalisé un fait d’armes dont peu de skieuses peuvent se targuer. « J’ai maintenant réussi un Top 5 dans les cinq disciplines du ski alpin [descente, super-G, slalom, slalom géant et combiné]. Je m’étais toujours dit que je serais une skieuse qui ferait toutes les épreuves. Ce n’était pas un objectif de réussir un Top 5 dans les cinq épreuves quand j’ai débuté ma carrière, mais il s’agit d’un bel accomplissement. »

Forte grippe

Si elle a passé du bon temps en famille pendant les Fêtes, Gagnon a trouvé le retour en Europe très difficile. « J’ai été malade et j’ai été sur le dos longtemps, a-t-elle mentionné. Après avoir été en contact étroit avec des gens positifs, je pensais avoir contracté la COVID-19. Tout le monde l’avait au Canada. J’ai passé une douzaine de tests, mais ils sont tous revenus négatifs. On parle d’une grosse grippe. J’avais reçu mon booster en novembre et cela m’a probablement aidée. »

« Je ne me suis pas entraînée comme je l’aurais voulu, de poursuivre Gagnon, dont la base d’entraînement est en Italie. Ça a recommencé à bien aller depuis trois jours et j’ai connu de bonnes descentes à l’entraînement. »

Nouvel état d’esprit

Gagnon a aussi abordé cette seconde moitié de saison dans un nouvel état d’esprit. « Au lieu de rechercher des résultats, je les laisse venir, a expliqué celle qui vivra ses troisièmes Jeux olympiques en février, à Pékin, après ceux de Vancouver (2010) et de Sotchi (2014). J’étais prête à tout pour monter sur le podium. Je suivais la ligne de Sofia [Goggia] au lieu de me fier à moi et aux commentaires de mon entraîneur. J’ai retrouvé ma ligne et ça va mieux. »

Médaillée d’or à ses deux premières épreuves de la saison à Lake Louise, en décembre, par un écart important, l’Italienne Goggia a effectué une sortie de piste samedi.

Gagnon sera de retour sur ses planches dimanche, alors qu’un super-G sera au programme. « En raison de mon classement, j’ai le dossard numéro un, celui que personne ne veut. Même si je suis déjà qualifiée pour les Jeux, je vais faire toutes les courses d’ici mon départ pour Pékin le 5 février. Il y a des arrêts à Cortina d’Ampezzo et à Garmisch-Partenkirchen, deux parcours que j’adore. C’est important que je progresse et gagne en confiance avant les Jeux. »

À VOIR AUSSI...