/finance/business
Navigation

Dans l’œil du Québec inc.: un gros actionnaire lâche Fiera

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, nous faisons un survol des transactions d’initiés, des investissements dans les entreprises d’ici et de l’actualité des sociétés cotées en Bourse.

Natixis vend ses actions à perte 

Photo courtoisie

Dix jours après que Jean-Guy Desjardins (photo) ait abandonné le titre de PDG de Fiera, à la surprise générale, voilà que le deuxième plus gros actionnaire du gestionnaire de fonds montréalais, Natixis, a annoncé son retrait de l’entreprise. Le géant français vendra sa participation de 10 % dans Fiera pour environ 105 millions de dollars. Natixis avait payé 128 millions de dollars pour ce bloc d’actions en 2019. Le Québécois d’origine Jean Raby dirigeait alors la filiale d’investissement de Natixis. Le titre de Fiera a reculé de 24 % au cours des cinq dernières années.

Objectif Lune vendue 

La PME québécoise Objectif Lune vient d’être vendue à l’entreprise texane Upland Software pour environ 43 millions de dollars. Cofondée en 1995 par Didier Gombert, Objectif Lune se spécialise dans l’automatisation des communications d’affaires. L’entreprise compte quelque 240 salariés et plus de 20 000 clients.

Un dirigeant de Power encaisse 

Photo courtoisie

Le Français Amaury de Sèze (photo), vice-président du conseil de Power Corporation, a empoché un gain de près de 1,8 million de dollars en exerçant des options d’achat d’actions du conglomérat montréalais, la semaine dernière. Le titre de Power a gagné près de 40 % au cours des 52 dernières semaines.

Un actionnaire de WSP déleste 

Le deuxième plus important actionnaire de WSP Global, Investissements RPC de Toronto, a vendu pour environ 200 millions de dollars d’actions du géant québécois de l’ingénierie, cette semaine. Au cours des derniers mois, le gestionnaire de la caisse du Régime de pensions du Canada a réduit de près de 18 % sa participation dans WSP. La Caisse de dépôt et placement est le plus gros actionnaire de WSP.

Reitmans fait fondre ses dettes 

Après avoir fermé plus de 150 magasins en un an et demi, le détaillant Reitmans est finalement sorti de sa situation d’insolvabilité. En vertu d’un plan de restructuration approuvé par les créanciers et la Cour supérieure, l’entreprise montréalaise a versé 95 millions de dollars pour régler les quelque 186 millions de dollars de dettes qu’elle traînait. Le détaillant, dont les actions sont cotées à la Bourse de croissance TSX, exploite aujourd’hui 412 boutiques, dont 241 Reitmans, 93 Penningtons et 78 RW&CO.

Un initié de Dollarama exerce des options 

Photo courtoisie

Josh Bekenstein (photo), membre du conseil d’administration de Dollarama depuis 2004, a réalisé un profit de près de 130 000 dollars en exerçant des options d’achat d’actions du détaillant québécois, jeudi. M. Bekenstein est coprésident du conseil de Bain Capital, qui a déjà été un important actionnaire de Dollarama. Cette dernière a récemment franchi un nouveau sommet en Bourse et vaut désormais près de 19 milliards de dollars.