/lifestyle/books
Navigation

Emmanuel Bilodeau: revenir à la lecture

Coup d'oeil sur cet article

Le comédien et humoriste Emmanuel Bilodeau va bientôt entamer une tournée à travers le Québec pour présenter son nouveau spectacle, Dans le pétrin. En attendant, il a accepté de nous ouvrir les portes de son univers littéraire.

Vous vous rappelez avec quel roman vous avez réalisé que la lecture pouvait être quelque chose de merveilleux ?

Vers l’âge de 13-14 ans, j’ai lu Michel Strogoff, de Jules Verne, et Bilbo le Hobbit, de J.R.R. Tolkien. Avec ces livres, qui m’ont complètement transporté, j’ai compris ce que c’était, de sortir de chez soi et d’avoir une histoire qui vous suit partout. C’est tellement fort la lecture, tellement puissant ! Dans un autre registre, il y a aussi eu la série des Bob Morane d’Henri Vernes que j’ai adorée durant ma jeunesse.

Et quel a été votre plus récent coup de cœur ?

Yoga d’Emmanuel Carrère. Je sais que ça va paraître bizarre, mais c’est un livre que j’ai à la fois aimé et viscéralement détesté. Il y avait même des moments où je le lançais par terre parce que je n’étais plus capable ! Mais chaque fois, je le reprenais. Il y a là-dedans une authenticité que j’apprécie beaucoup. On est d’ailleurs très loin d’Instagram, car l’auteur n’hésite pas à montrer des aspects de lui qui sont plutôt laids.

Sinon, quels romans avez-vous particulièrement aimés au cours de votre vie ?

Agaguk d’Yves Thériault. Ce livre faisait partie des lectures obligatoires, et j’étais très jeune quand je l’ai lu, probablement en secondaire 1. Il m’a marqué parce qu’il n’était pas trop didactique et avec lui, j’ai eu l’impression de découvrir l’amour et la sexualité. 

Il y a aussi Tolstoï et Dostoïevski en général : Anna Karénine, Humiliés et offensés, Les frères Karamazov... J’aime l’univers tourmenté, fiévreux de leurs personnages. Dans la vingtaine, je m’identifiais à ça. Je cherchais l’âme sœur, j’écrivais de la poésie et il y avait beaucoup de choses qui se passaient dans ma tête ! Mais avec les années, je suis passé de quelqu’un de tourmenté à quelqu’un d’action, et j’ai un peu négligé la lecture. Je veux y revenir, voir la vie des autres comme étant à la fois importante et inspirante. 

À part ça, j’ai adoré la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera et Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke. Ce livre-là a été très fondateur pour moi dans la vingtaine. 

Quels romans vous ont laissé des souvenirs indélébiles ?

L’appel de la forêt de Jack London, qui raconte la solitude d’un homme avec l’animal. C’est tellement bien écrit qu’il n’est pas difficile de se plonger là-dedans. Quant au Vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway, il m’a complètement shifté, transporté. J’étais avec le vieil homme sur le bateau, et je me souviens encore de l’état de fébrilité dans lequel j’étais en lisant ce livre. C’est comme Jaws, mais à l’envers : pas de menace, mais une quête profonde vers soi-même. Vol de nuit de Saint-Exupéry m’a également fait capoter.

Est-ce qu’il y a un guide pratique dont vous ne pourriez vous passer ?

Boulange et boustifaille d’Albert Elbilia. Il propose plein de recettes festives et on y trouve aussi beaucoup de secrets pour que le pain soit délicieux. C’est un livre fondateur pour commencer à faire du pain exceptionnel. Je m’en sers presque au quotidien et grâce à lui, j’ai fait des croissants, des pains au chocolat et de la fougasse. 

Un autre livre que je trouve intéressant, c’est Nature & Ayurveda de Krystine St-Laurent. Il est bien vulgarisé et propose des recettes pour accéder à un certain bien-être.

Dans votre bibliothèque, quel livre semble avoir le plus de vécu ?

La biographie René Lévesque de Pierre Godin. J’en ai tellement trituré les quatre tomes avant et après mon tournage qu’ils sont pleins de vécu, avec beaucoup de Post-it et de taches de café. 

Le miracle oublié de Deepak Chopra a aussi pas mal de vécu. Je lis les mêmes pages depuis des années. C’est très compliqué et en même temps très intéressant parce que ça parle du pouvoir qu’on a sur nous-mêmes. 

Que pensez-vous lire prochainement ?

Le prix Femina de Dominique Fortier, Les villes de papier. Ça me tente. Il y a également un livre de Marc Séguin, Affaires de terre et patentes d’artiste. C’est le genre de titre que j’adore !

Dernière petite question : un livre vous a-t-il déjà mis dans le pétrin ?

À part Boulange et boustifaille, qui m’a vraiment mis au pétrin, je ne me souviens pas d’un bouquin qui m’a mis dans le pétrin. À part peut-être les millions de livres que je n’ai pas lus et qui font de moi un homme moins sage, moins développé !