/misc
Navigation

Collés au plafond

GEN-FRANCOIS-LEGAULT
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce le retour du couvre-feu ? L’alerte Amber du 31 décembre pour nous le rappeler ? La fermeture des écoles ? Ou l’usure pandémique ? Toujours est-il qu’on a l’impression que le Québec est sur les dents.

Les parents en ont ras le bol. Le personnel de la santé en a ras le bol. Les commerçants en ont ras le bol. On nous prévient que les enseignants en auront ras le bol dès demain.

Fermetures, passeport vaccinal, protocoles sanitaires de plus en plus obtus, soudainement plus rien ne trouve grâce à nos yeux.

C’est simple, l’hostilité a grugé de grosses parts de marché à la bienveillance.

Et si à force de chercher des coupables, on avait oublié l’essentiel ?

Crinqués

Voilà des mois que tout le monde réclame qu’on sévisse contre les non-vaccinés, ces entêtés qui engorgent nos hôpitaux.

François Legault leur impose une taxe, resserre le passeport sanitaire. Et soudainement, il va trop loin !

Voyez-vous, il risque de nuire aux plus vulnérables. Puis, les libraires y voient une attaque contre la culture, les quincailleries, un affront aux amoureux du tournevis.

On réclame à cor et à cri la réouverture des écoles. Et soudainement, c’est trop risqué !

Les hôpitaux sont trop bondés, la gestion des absences des enseignants contaminés sera ingérable.

On somme le gouvernement d’écouter la science, mais il a tort de se fier à l’avis de ses experts sur les purificateurs d’air !

Pas surprenant que le gouvernement perde des plumes dans l’opinion publique, après 22 mois de pandémie. Les consensus se sont envolés en fumée, portés par les différentes vagues de la pandémie.

Inquisition

J’entends déjà les voix qui s’élèvent pour me dire que « c’est la faute aux médias » ! Qu’à force de tout critiquer, la presse finit par envenimer le climat social.

Peut-être. Mais vous conviendrez qu’il n’est pas évident de chercher à exiger des comptes de nos autorités, mettre en exergue leurs incohérences, faire la part des choses, trouver le ton juste, susciter un débat sans l’envenimer.

D’autres blâmeront justement le gouvernement, ses échecs, ses angles morts, son manque de transparence.

Et il faut l’avouer à ce chapitre, il nous en a donné pour notre argent ces derniers temps.

N’empêche... Au Québec on reproche au gouvernement son manque de rigueur dans les protocoles de dépistage pour les écoles. En France, les parents et les profs se sont révoltés contre la lourdeur des exigences.

Le juste milieu est difficile à trouver lorsqu’il faut à la fois minimiser le risque et faciliter le retour à une certaine normalité.

On a beaucoup parlé d’un « nouveau paradigme » cette semaine, trouver une nouvelle façon de gérer cette pandémie qui étouffe la société, les hôpitaux, l’économie.

Ça ressemble beaucoup à une autre façon de dire « apprendre à vivre avec la COVID ».

Mais pour y arriver, il faudra aussi apprendre à surmonter ses mauvaises surprises, et retrouver cette solidarité qui semble faire cruellement défaut en ce début de 2022.    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.