/news/currentevents
Navigation

Prof poignardé: l’ado reste détenu

Les jeunes sont souvent libérés en attente du procès

Coup d'oeil sur cet article

L’ado accusé d’avoir tenté de tuer un enseignant le mois dernier restera incarcéré jusqu’à son procès, a ordonné le tribunal. 

• À lire aussi: Enseignant poignardé: l'adolescent sera-t-il remis en liberté?

• À lire aussi: Enseignant poignardé: un évènement «troublant», selon Guilbault et Roberge

« La détention est nécessaire », a conclu la juge Annie Savard, lundi, en Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec. 

Le jeune de 16 ans, que l’on ne peut identifier en raison de son âge, est accusé d’avoir poignardé Maxime Canuel, un prof d’arts visuels à l’école John-F. Kennedy, dans le quartier Saint-Michel, à Montréal. 

L’enseignant Maxime Canuel, qui a été poignardé.
Photo courtoisie
L’enseignant Maxime Canuel, qui a été poignardé.

Cela avait créé un branle-bas de combat dans l’établissement, avec la présence de nombreux policiers afin de sécuriser les lieux.

Aux soins intensifs

L’enseignant avait dû être envoyé aux soins intensifs, mais il a survécu, tandis que l’assaillant allégué était arrêté non loin de l’école.

Une ordonnance de la cour interdit toutefois, à ce stade-ci, de révéler les détails de l’affaire qui ont valu à l’adolescent des accusations de tentative de meurtre, de voies de fait graves, de possession illégale d’arme et de possession d’arme dissimulée.

Impassible dans la salle d’audience, l’ado n’a pas réagi quand la juge a résumé la preuve au dossier. Et quand la juge a ordonné le maintien de la détention, le jeune est également resté de marbre, ne jetant qu’un bref regard à ses proches assis dans la salle.

C’était tout un contraste avec sa mère, qui a paru désemparée aux côtés d’un proche qui tentait de la consoler. 

Dangerosité

C’est que de façon générale, la libération est la plupart du temps accordée aux jeunes accusés. Pour les garder détenus, un juge doit évaluer plusieurs facteurs, dont la dangerosité de l’accusé, la gravité du crime et l’impact d’une libération sur la confiance du public envers la justice. 

Et dans le cas de l’adolescent, après avoir pris en compte tous les facteurs, la juge a tranché qu’il fallait qu’il reste derrière les barreaux.

« La famille [du jeune] est déçue, mais elle comprend et respecte la décision, a commenté Me Tiago Murias, de la défense. La mère et la famille sont de bonnes personnes, ils essayent de faire de leur mieux dans les circonstances. »

Il reviendra à la cour le mois prochain pour la suite des procédures. La procureure de la Couronne, Me Mélanie Rose, a déjà annoncé qu’en cas de culpabilité, elle envisage la possibilité de réclamer une peine pour adulte. Si c’est le cas, il risquerait un long séjour de pénitencier plutôt qu’une garde fermée. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.