/news/green
Navigation

Météo extrême : 2 milliards $ en dégâts assurables au Canada en 2021

Inondation
Photo courtoisie, B.C. Ministry of Transportation Une autoroute inondée en Colombie Britannique, en novembre 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Les compagnies d’assurances canadiennes ont dû allonger 2 milliards $ pour couvrir les coûts des dégâts engendrés par le déchaînement des éléments au cours de la dernière année au pays. 

Selon le rapport annuel du Bureau de l’assurance du Canada (BAC), les tempêtes, inondations et incendies ont coûté au bas mot 2,011 milliards $ en 2021, faisant de la dernière année la sixième plus coûteuse de l’histoire du pays.

La palme de la catastrophe climatique la plus coûteuse revient à la «rivière atmosphérique» qui a déversé des centaines de millimètres de pluie sur la Colombie-Britannique à la mi-novembre, entraînant des inondations et des coulées de boue qui ont fait au moins six morts.

Les dégâts assurables associés à ces pluies diluviennes ont avoisiné les 515 millions $, un montant qui est cependant bien loin de la réalité puisque de nombreux bâtiments endommagés n’étaient pas couverts, étant donné leur construction en zone jugée à risque d’inondations.

Autre aléa climatique particulièrement coûteux, la tempête de grêle qui s’est abattue sur Calgary le 2 juillet a aussi coûté un demi-milliard de dollars aux assureurs. C’est la seconde année de suite que la grêle s’avère coûteuse dans la métropole albertaine, après avoir causé pour 1,3 milliard $ en dégât lors d’une tempête le 13 juin 2020.

La destruction de Lytton par un feu de forêt, dans la foulée de l’établissement d’un record absolu de température au pays dans ce petit village de la Colombie-Britannique, a quant à elle coûté environ 102 millions $.

De pire en pire

Le montant total cumulé en 2021 est en légère baisse par rapport aux 2,3 milliards $ en dégâts assurables cumulés en 2020, mais s’inscrit néanmoins dans une tendance à la hausse depuis quelques années, a noté le BAC. Cela dit, la somme cumulée en 2021 demeure loin sous le record de 5,4 milliards atteint en 2016, en raison de l’incendie qui a rasé une partie de Fort McMurray.

«La nouvelle norme pour les sinistres catastrophiques assurés au Canada, dont la plupart sont dus à des dégâts d'eau, est de 2 milliards de dollars par année. Comparativement, dans la période de 1983 à 2008, les assureurs canadiens n'avaient enregistré en moyenne que 422 millions de dollars par année de sinistres liés à des phénomènes météorologiques violents», a souligné par communiqué Craig Stewart, vice-président aux Affaires fédérales pour le BAC.

«Nous devons nous adapter maintenant. Atteindre la carboneutralité d'ici 2050 est une étape fondamentale pour limiter les risques futurs liés aux changements climatiques», a-t-il poursuivi en appelant les gouvernements à prendre plus de mesures pour lutter contre les changements climatiques.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.