/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Casabonne dans un parti qui se fout de la culture

Vie Montréalaise Tapis bleu du film l'Ange Gardien
Photo Ghyslain Lavoie Anne Casabonne

Coup d'oeil sur cet article

En recrutant Anne Casabonne pour son parti, Éric Duhaime fait le pari suivant : « Vous l’avez aimée au petit écran, vous l’adorerez au parlement. »

C’est tout un argument, ça ! Votez Casabonne, car elle était bonne dans Unité 9 ! Élisez Casabonne dans Marie-Victorin, car elle vous a fait rire dans La galère, car elle était convaincante en guidoune dans Sans rendez-vous.

Mais avant de se joindre au parti d’Éric Duhaime, Anne Casabonne aurait peut-être dû se renseigner sur la position de son chef et son parti sur... la culture.

LES ARTISSSSSSSS

En 2010, Duhaime a écrit : « Les artistes peuvent être dangereux quand ils se prennent pour des scientifiques et influencent l’opinion publique. »

En 2012, il a écrit : « Les artistes devraient rester en dehors de la politique. »

Quand il était animateur radio à Québec, il se révoltait contre le financement public du théâtre Le Diamant de Robert Lepage.

J’ai fouillé dans les résolutions du PCQ du congrès de novembre 2021 pour y chercher les positions du parti sur le financement des arts, sa politique culturelle et... je n’ai rien trouvé.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

À part dans la section 6.1 sur Les propositions en culture et immigration. On peut y lire que le PCQ « sélectionnera les immigrants permanents en fonction de leur compatibilité civilisationnelle (valeurs occidentales et capacité d’intégration à la culture québécoise) et leur connaissance avérée de la langue française » et « orientera le mandat de Télé-Québec vers la création de programmes de francisation et d’alphabétisation, ainsi que la réalisation de documentaires d’histoire nationale ».

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:

J’ai écouté les entrevues accordées par Mme Casabonne à Paul Arcand, Denis Lévesque, Paul Larocque et Dominic Maurais. Hé boy, c’est là qu’on se rend compte que sans un scénario écrit par un auteur, elle a beaucoup moins de facilité à s’exprimer. Quand Paul Larocque lui a demandé ce qu’elle pensait des opinions de Duhaime sur les subventions culturelles, elle a répondu : « Ce qu’on s’aperçoit dans le milieu culturel, c’est que souvent la voix qui est subventionnée c’est la voix que le gouvernement veut entendre. »

De kessé ?

Quand Larocque l’a relancée en lui demandant : « Si on coupe dans le budget du ministère de la Culture, aucun problème avec ça pour vous ? » Elle a répondu : « On ouvre la porte à quelque chose de plus libre d’un autre côté, oui. » 

De kessé, bis ?

Anne Casabonne a affirmé, en se lançant en politique : « Je mets ma carrière d’artiste sur pause pour contribuer à remettre la démocratie québécoise en marche. »

Or, sa carrière était en pause depuis le 21 septembre 2021, quand elle déclarait sur Facebook : « En 2021, j’ai décidé de prendre une pause, de me retirer du métier. En tant que comédienne, ça ne me tente pas de favoriser une partie du public plutôt qu’une autre par rapport à leur statut vaccinal. »

En 2010, dans une entrevue au Soleil, elle s’est fait demander : « Où te vois-tu professionnellement dans 20 ans ? » Sa réponse : « J’espère être toujours là. Il y en a tellement qui disparaissent... »

Qui aurait pu prédire que onze ans plus tard, c’est elle qui déciderait de disparaître...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.