/sports/hockey/canadien
Navigation

Kent Hughes: un choix unanime

Kent Hughes était au sommet de la liste des quatre membres du comité de sélection

Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

Dans son rôle d’agent, Kent Hughes était reconnu comme un négociateur féroce. Il avait un don pour énumérer des arguments solides lui permettant de convaincre son interlocuteur de la valeur de ses clients. Dans le processus d’embauche qui l’a mené à devenir le 18e directeur général du Canadien, Hughes a de nouveau frappé dans le mille.

• À lire aussi: Nouveau DG du Canadien: Kent Hughes rentre à la maison

• À lire aussi: Canadien: les huit priorités de Kent Hughes

• À lire aussi: Deux joueurs bien connus dans la mire de Kent Hughes?

« Nous n’avions pas de favoris au départ. Nous n’avions pas, non plus, de préférence quand le comité a décidé de réduire à trois le nombre de candidats », a expliqué Geoff Molson, au cours du point de presse d’introduction de Kent Hughes. 

Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

« À la fin du processus, j’ai indiqué à Jeff [Gorton] ma préférence pour Kent. Il avait la même. C’était la même chose pour le reste du comité [Bob Gainey et Michael Andlauer] », a poursuivi le propriétaire et président du Tricolore.

Hughes fut donc un choix unanime au sein du quatuor qui s’est affairé à ce long et fastidieux exercice au cours duquel il a rencontré 11 candidats.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Nous recherchions quelqu’un qui allait me compléter. J’ai confiance que c’est ce qu’on a trouvé, a déclaré Gorton. On a passé beaucoup de temps, au cours des deux dernières semaines, à parler de hockey et de philosophie sur la construction d’une équipe. J’aime sa façon de penser qui sort de l’ordinaire et j’adore sa philosophie à propos de la direction que doit prendre cette équipe. »

Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Sollicitations répétées

Gorton a assuré qu’il ne songeait pas strictement à la candidature de l’agent qu’il a connu dans les premières négociations de contrat avec Patrice Bergeron lorsqu’il a affirmé, le 3 décembre, qu’il cherchait quelqu’un qui pensait différemment, « peut-être un ancien agent ».

Ce qui ne l’a pas empêché de rapidement s’enquérir de son intérêt pour le poste.

« C’est sûr qu’il faisait partie des candidats auxquels je songeais. Mais, honnêtement, je ne savais même pas s’il allait considérer le poste. Quand j’ai sondé son intérêt, il m’a répondu qu’il allait y penser et m’a dit de faire ce que j’avais à faire », a raconté Gorton.

« On a rencontré de bons candidats. Puis, quand je suis revenu à la charge auprès de Kent, il m’a semblé beaucoup plus ouvert à l’idée. J’ai quand même attendu qu’il prenne les devants et revienne me voir. »

D’ailleurs, Hughes a confirmé que ce n’était pas la première fois que Gorton l’approchait pour travailler avec lui.

« Oui, Jeff avait sondé la possibilité que je me joigne à lui avec les Rangers. Les discussions n’avaient pas duré longtemps. À cette époque, ce n’était pas le bon moment ni pour ma famille ni pour mon travail », a raconté le nouveau directeur général du Canadien.

Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

À l’aise avec Martin Lapointe

Maintenant que le dossier du directeur général est réglé, Gorton et son nouvel acolyte devront se pencher sur la nomination de celui qui deviendra le grand patron du repêchage.

Bien évidemment, à six mois de l’événement, le processus de recrutement est bien enclenché chez les 32 équipes de la ligue. Aucune d’entre elles n’acceptera de se départir de celui sur qui repose son avenir. Encore moins pour le laisser se joindre à une autre formation. 

Kent Hughes, nouveau dg du Canadien, a rencontré les médias en présence de Jeff Gorton et Geoff Molson, au Centre Bell, mercredi après-midi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le vice-président, opérations hockey du Canadien est bien conscient de cette réalité et ne s’en formalise pas trop.

« Le repêchage, ce n’est pas l’affaire d’une seule personne. Éventuellement, j’aimerais élargir ce département, a souligné Gorton. Pour l’instant, Martin Lapointe [directeur du personnel des joueurs et directeur du recrutement amateur] s’acquitte de cette tâche et je suis très à l’aise avec lui. »

Par ailleurs, on a souvent reproché à Trevor Timmins et Marc Bergevin, avec raison, de bouder les joueurs du Québec. Hughes, dont l’ancien employeur, qui a pignon sur rue à Mont-Royal, représente quelques dizaines de joueurs québécois gardera un œil attentif sur les produits d’ici.

« On a eu la chance de représenter les Vincent Lecavalier, Patrice Bergeron et Kris Letang. Je suis familier avec la LHJMQ. Je vais continuer de la suivre et je vais me servir des contacts que j’ai développés pendant 20 ans pour repêcher les meilleurs joueurs du Québec. » 

Ce qu’ils ont dit sur Price, Ducharme et l’équipe     

Pandémie oblige, Jeff Gorton, Kent Hughes et Geoff Molson occupaient une grande table dans la zone où habituellement le Canadien attaque en première et troisième période tandis que les journalistes étaient installés dans la section 119.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Pandémie oblige, Jeff Gorton, Kent Hughes et Geoff Molson occupaient une grande table dans la zone où habituellement le Canadien attaque en première et troisième période tandis que les journalistes étaient installés dans la section 119.

Carey Price terminera-t-il sa carrière à Montréal ?

« Moi, ce que je souhaite, c’est sa santé. C’est ça le plus important. On voudrait revoir le joueur extraordinaire qu’il était en séries. J’espère que ça reviendra. Il est un des meilleurs gardiens au monde. Mais de le revoir en parfaite santé, c’est primordial. »

- Geoff Molson

L’avenir de Ducharme ?

« Je veux discuter avec Dom d’abord, c’est lui le coach de l’équipe. Je suis arrivé aujourd’hui, pas eu beaucoup d’occasions. J’ai certainement des idées sur l’entraîneur des temps modernes, sur les qualités requises. Je vais parler à Dom, on va voir de là. »

- Kent Hughes

Il ne faut pas s’attendre à ce que Kent Hughes chambarde la formation du jour au lendemain. Fidèle à l’homme posé que plusieurs décrivent, il prendra le temps d’analyser la situation.

« Au cours des cinq à sept prochains jours, je vais m’asseoir avec Jeff et discuter du plan à adopter. Je sais que l’équipe n’est pas là où elle espérait être. Oui, il y a des circonstances particulières, mais des changements doivent survenir. »

- Kent Hughes

Kent Hughes a décrit le modèle d’équipe qu’il aimerait construire. 

« Dans un monde parfait, nous serions une équipe avec une mentalité offensive. Je ne pense pas que tu peux avoir du succès en étant juste bon défensivement. Mais il y a des équipes défensives qui réussissent. Je veux jouer rapidement, rapidement avec la rondelle. Une équipe de possession. Je comprends aussi que tu dois construire ton équipe autour des joueurs que tu as. »

- Kent Hughes

Il y avait un seul poste de directeur général pour les 11 candidats rencontrés. Toutefois, ceux qui ont été rejetés pourraient très bien obtenir un autre poste au sein de l’organisation.

« Nous avons rencontré des candidats très intéressants. Nous avons appris sur leur philosophie à propos de l’équipe, du développement des joueurs, des statistiques avancées. Ce fut une expérience enrichissante. Il y a des chances qu’on rencontre certaines de ces personnes à nouveau. »

- Jeff Gorton

Pour revenir au sein de l’organisation qu’il a chérie au cours de son enfance, Kent Hughes a laissé Quartexx Management, une firme qu’il avait grandement aidé à développer.

« Je n’ai pas hésité à accepter ce poste. Je me suis plutôt donné une période de réflexion. Il fallait que je pense à l’impact sur ma famille, mes clients et les personnes que je côtoie depuis 25 ans. »

- Kent Hughes

Textes Jonathan Bernier et Jean-François Chaumont

À voir aussi      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.