/news/coronavirus
Navigation

La taxe santé pour les non-vaccinés est populaire au Québec

Coup d'oeil sur cet article

La contribution fiscale pour les non-vaccinés proposée la semaine dernière par François Legault ne semble pas poser de problème pour la plupart des Québécois.

• À lire aussi: Les Québécois envoient un signal à la CAQ

Critiquée par bon nombre d’experts pour des raisons d’éthique ou de droit, l’idée d’une taxe santé récolte 61 % d’appuis auprès des électeurs sondés.

«La taxe santé a quand même un appui populaire, résume le sondeur Jean-Marc Léger. Sur le principe, les gens sont d’accord. Sur les détails, on verra plus tard.»

Les détails concernant cette contribution fiscale seront précisés dans un projet de loi promis pour février.

L’imposition du passeport vaccinal à la SAQ comme à la SQDC et, de façon plus large, la vaccination obligatoire, sont aussi largement appuyées.

  • Écoutez l'entrevue du président de la firme Léger, Jean-Marc Léger, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Juste 4 % d’antivaccins purs et durs

Photo d'archives

Le dernier coup de songe Léger–Le Journal brosse le portrait type des antivaccins, qui sont certes bruyants, mais peu nombreux.

Tout compte fait, la firme Léger observe que le noyau dur de Québécois qui refuseront toujours de se faire vacciner se chiffre à environ 4 %. Et cela inclut ceux qui ont une condition médicale les empêchant de se faire vacciner.

Qui sont donc les antivaccins parmi les répondants au sondage ? La plupart n’ont pas d’enfant et sont peu scolarisés. C’est aussi au Parti conservateur du Québec que l’on retrouve le plus d’électeurs non vaccinés (27 %).

«Les trois quarts des membres du Parti conservateur du Québec sont vaccinés. Donc ce n’est pas un parti seulement antivaccin. Les gens sont plus frustrés des mesures de restriction que par la vaccination», relève Jean-Marc Léger. 

MÉTHODOLOGIE

Sondage web réalisé auprès de 1032 Québécois âgés de 18 ans ou plus recrutés aléatoirement.

Les données ont été collectées du 14 au 16 janvier 2022.

Bien qu’il ne soit pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon tiré d’un panel, à titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1032 répondants est de 3,1 %, et ce, 19 fois sur 20.


Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62