/news/currentevents
Navigation

Coupable d’avoir fraudé des inventeurs

Le charlatan a mis sur pied une fondation bidon

Coup d'oeil sur cet article

Le patron de la Fédération des inventeurs du Québec est un charlatan qui a floué des centaines de gens qui voulaient breveter leurs idées, a déploré un juge en déclarant le fraudeur coupable sur toute la ligne.

« En bref, l’accusé est un imposteur qui exploite la crédibilité publique [...]. Il agit comme un charlatan du 21e siècle », a commenté le juge Alexandre Dalmau, mercredi au palais de justice de Montréal. 

C’est que de 2015 à 2018, Christian Varin, 64 ans, a fraudé des centaines d’inventeurs québécois en leur faisant payer le gros prix afin de déposer des brevets en leur nom.

Photos Pierre-Paul Poulin et d'archives

Son système était d’ailleurs bien rodé avec un site web aussi attrayant que mensonger, qui présentait la fédération comme un organisme voué à les aider. Sauf qu’il s’agissait d’une coquille vide, dont le seul employé était Varin.

Ce dernier mettait ainsi ses victimes en confiance et leur faisait débourser des milliers de dollars en promettant de les assister, même s’il ne connaissait rien du processus pour déposer des brevets. La personne qu’il payait pour rédiger les demandes a d’ailleurs confié, lors du procès, qu’il écrivait « n’importe quoi » dans les documents envoyés.

Un pavillon de 1,3 M$

« Il a démontré une complète incompétence », a souligné le juge en déplorant que certains inventeurs avaient même perdu les droits de leurs inventions.

Avec l’argent obtenu frauduleusement, Varin s’est fait construire un luxueux pavillon d’une valeur de 1,3 million $, qu’il loue depuis sur la plateforme Airbnb.

Maintenant qu’il a été déclaré coupable de fraude, l’avenir de Varin s’annonce beaucoup moins rose. Il ne serait pas étonnant que Me Nicolas Ammerlaan demande son incarcération lors des plaidoiries sur sentence le mois prochain, tandis que son pavillon pourrait être saisi.

Mais pour les victimes, le verdict de vendredi est déjà une victoire en soi.

« L’important, c’était qu’il arrête, je suis soulagée », a commenté l’une d’elles, qui a perdu environ 10 000 $ dans cette affaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.