/world/europe
Navigation

Un médecin syrien jugé pour crimes contre l’humanité à Francfort

Un médecin syrien jugé pour crimes contre l’humanité à Francfort
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des prisonniers torturés, frappés sur des blessures, leurs membres aspergés d’alcool puis brulés : les exactions reprochées à un médecin syrien ont été longuement détaillées mercredi devant le tribunal allemand qui le juge pour crimes contre l’humanité commis sous le régime de Bachar al-Assad. 

• À lire aussi: Condamné pour provocation à la haine Éric Zemmour annonce faire appel

• À lire aussi: COVID-19 au Brésil: Bolsonaro accusé de faire des menaces «fascistes»

Alaa Moussa, âgé de 36 ans, s’est installé dans le box des accusés, le visage dissimulé par la large capuche de son manteau vert avant la lecture de l’acte d’accusation au premier jour de son procès devant le tribunal régional de Francfort.

C’est la deuxième fois que l’Allemagne, pionnière dans la poursuite des exactions commises par les autorités syriennes, juge des crimes imputés à d’anciens exécutants du régime.

Alaa Moussa doit répondre de 18 cas de torture d’opposants et du meurtre par injection d’un détenu lorsqu’il travaillait dans des hôpitaux militaires. Il encourt la prison à vie. 

Il a confirmé au tribunal avoir exercé dans des établissements de l’armée «jusqu’en juillet 2014», sans s’exprimer sur les accusations. Depuis 2015, ce père de deux enfants réside en Allemagne où il est arrivé avec un visa officiel.

L’accusé a contribué à perpétrer «une attaque systématique visant la population civile» en Syrie, a déclaré la procureure fédérale Anna Zabeck. Il a «torturé et infligé de graves dommages physiques ainsi que psychologiques aux détenus», a-t-elle affirmé à la cour en énumérant les sévices qui lui sont reprochés.

Rouages de la répression

Les opposants torturés ont subi, selon les cas, coups à la tête, au ventre, dans les parties génitales, sur des blessures.

Selon des éléments recueillis par la justice, le médecin aurait procédé à la correction d’une fracture osseuse sans anesthésie, arrosé une plaie avec un désinfectant contenant de l’alcool, avant d’y mettre le feu. L’accusé s’était dans ce dernier cas, remontant à 2011, «vanté d’avoir inventé une nouvelle méthode de torture», a précisé mercredi une représentante du parquet.

L’accusé est également soupçonné, au cours de l’été 2011, année du déclenchement du soulèvement en Syrie, d’avoir aspergé d’alcool avant d’y mettre le feu les parties génitales d’un adolescent dans la salle d’urgence de l’hôpital militaire de Homs. 

À un détenu qu’il avait frappé avec une matraque, le médecin aurait ensuite administré une injection avec une substance létale.

Ce procès doit notamment «montrer que les hôpitaux militaires étaient, et sont probablement toujours, intégrés dans la lutte systématique contre la société civile syrienne, en complément des prisons des services secrets», a expliqué à l’AFP un avocat des parties civiles, Me René Bahns.

Le médecin a toujours fermement nié les faits reprochés, qui auraient été commis dans deux hôpitaux militaires à Homs, dans le centre de la Syrie, et à Damas. 

«Ni partisan ni opposant»

Mercredi, s’exprimant dans un allemand clair, il a déroulé son CV de médecin formé en Syrie, originaire «d’un petit village à l’ouest de Homs», où vit une minorité chrétienne à laquelle appartient sa famille. 

«Il n’est ni un partisan ni quelqu’un qui s’est détourné du régime parce qu’il n’a rien à voir avec le régime. Il n’est pas non plus un résistant, c’est très clair», a commenté son avocat, Me Ulrich Enders, à l’issue de l’audience, promettant de «réfuter» les charges au cours du procès qui durera plusieurs mois.

Après son arrivée en Allemagne, Alaa Moussa, chirurgien orthopédique, a exercé dans plusieurs établissements hospitaliers avant d’être reconnu par des réfugiés syriens et arrêté en 2020.

Le procès de Francfort est «un engagement clair de la justice allemande en faveur du principe du droit mondial (...) et un signal fort dans la lutte contre l’impunité des crimes contre l’humanité», a souligné la procureure fédérale. 

Au nom de sa «compétence universelle», la justice allemande avait condamné la semaine dernière un ancien gradé syrien à la prison à vie pour crimes contre l’humanité dans le cadre du premier procès au monde lié aux exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad.

Le conflit en Syrie a fait près de 500 000 morts et poussé à l’exil 6,6 millions de personnes. L’Allemagne a accueilli quelque 800 000 réfugiés syriens.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.