/news/transports
Navigation

Bécancour: des projets ne seront pas soumis au rationnement électrique

Coup d'oeil sur cet article

Les grands projets industriels liés à l’électrification des transports en préparation à Bécancour, au Centre-du-Québec, ne seront pas visés par les mesures de rationnement qu’impose maintenant Hydro-Québec.

C’est que le Québec n’a plus assez de mégawatts disponibles pour satisfaire tout le monde.

La société d’État a informé par lettres une trentaine de promoteurs, tous types de projets confondus, de ne pas aller trop vite dans la réalisation de leur plan, a rapporté «Le Journal de Montréal».

Il est donc difficile d’offrir la garantie qu’ils pourront être approvisionnés à la hauteur de leurs besoins au moment venu. Ces besoins, pour chacun d’entre eux, sont de 50 mégawatts et plus.

Le nombre actuel de projets atteignant ce niveau équivaut à tous ceux de même importance qu’Hydro-Québec a accueillis comme clients au fil des décennies.

La puissance requise pour tous les nouveaux projets dépasse les 10 000 mégawatts, soit le quart de la capacité de production totale d’Hydro-Québec.

Au moins trois projets de composantes de batteries pour véhicules électriques en gestation à Bécancour ne se verront toutefois pas imposer ce rationnement.

«Oui il y a de gros projets industriels à Bécancour, mais qui sont à un stade plus avancé. Donc les projets qui ont été ciblés par la lettre sont des projets qui sont à un stade très préliminaire», a précisé le porte-parole d’Hydro-Québec, Maxence Huard-Lefebvre.

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, dit qu’on l’a assuré que ce qui est prévu à Bécancour pourra aller de l’avant.

Cette situation pourrait cependant faire regretter la fermeture de Gentilly 2, avec ses 675 mégawatts, et l’inutilisation de la centrale de cogénération avec ses 550 mégawatts.

«Vous allez me ramener dans les mauvais souvenirs. Beaucoup de gens se sont réjouis de la fermeture de la centrale nucléaire. Peut-être qu’elle serait encore utile aujourd’hui. Il y a aussi la centrale de Trans-Canada Énergie qui n’a toujours pas fonctionné. Donc il y a des choses qui auraient pu être faites autrement dans le passé, mais qu’il est difficile de corriger aujourd’hui», a observé M. Martel.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.