/entertainment/music
Navigation

Décès de Karim Ouellet: un album était en chantier quand il a coupé les liens

Karim Ouellet vivait «reclus» depuis le début de la pandémie

Karim Ouellet
Photo d’archives, Chantal Poirier L’auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet, ici en des temps plus heureux, a été retrouvé mort dans un studio de Québec, lundi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Karim Ouellet travaillait activement à la création d’un nouvel album lorsqu’il a brusquement coupé les ponts avec sa nouvelle compagnie de disques, en mars 2020, au moment où la pandémie de COVID-19 a forcé le Québec à se mettre sur pause.

• À lire aussi: Karim Ouellet: une étoile filante dans le ciel de Québec

• À lire aussi: «Torrent d'amour» pour Karim Ouellet

• À lire aussi: Sarahmée réagit au décès de son frère

«Il ne donnait plus de nouvelles à personne, il avait coupé les liens. Nous n’avions plus rien, plus de maquettes. On l’appelait et nous n’avions jamais de retour, au point où on l’avait retiré de notre radar et on n’en parlait plus», a fait savoir un représentant d’Universal Music Canada à Montréal, Jonathan Bergeron.

Pourtant, jusqu’à la pandémie, l’auteur-compositeur-interprète de 37 ans, trouvé mort dans un studio de Québec, lundi soir, «faisait de la musique avec nous et on était dans le processus de créer un album», poursuit M. Bergeron.

Sous contrat depuis 2018 avec la Maison Barclay, une filiale de Universal, Karim Ouellet en était même rendu à préparer l’habillage visuel de ce qui aurait été son quatrième album, son premier depuis sa rupture avec l’étiquette Coyote Records.  

  • Écoutez la chronique culturelle d'Anaïs Guertain-Lacroix sur QUB radio:   

Ressources insuffisantes

«Le 11 ou le 12 mars 2020, se souvient Jonathan Bergeron, je suis allé à une séance photo avec lui à Montréal pour la pochette de l’album. Puis, la pandémie est arrivée et il est disparu.»

Ces informations recoupent celles de ses amis et collaborateurs qui ont confié aux médias, depuis l’annonce de sa mort, que Karim Ouellet s’était isolé de son entourage et qu’il vivait «reclus».

Sans commenter directement le cas de Karim Ouellet, qu’il ne connaît pas, le président de la Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec a fait valoir que l’accès à des ressources en santé mentale est plus difficile pour les artistes depuis le début de la pandémie.

«Il n’y a pas seulement les artistes qui ont des problèmes présentement. C’est le cas dans plusieurs domaines. Il y a des gens qui ont perdu leur emploi. Ça fait beaucoup de monde qui a besoin d’aide psychologique et il manque de ressources», indique Luc Fortin. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :   

Hommage à Québec

Par ailleurs, la mémoire de Karim Ouellet, dont le départ a provoqué une onde de choc et bouleversé autant ses proches que la communauté artistique, sera saluée par la Ville de Québec.

«C’est certain que la Ville souhaitera honorer la mémoire d’un grand artiste comme Karim Ouellet», a assuré Thomas Gaudreault, l’attaché de presse du maire Bruno Marchand.

Toutes les options pour lui rendre hommage sont sur la table, a-t-il ajouté.

«Plusieurs services sont concernés en ce moment et regardent comment cela pourrait être possible. C’est important pour nous de ne pas précipiter les choses pour que ce soit bien fait et à la hauteur de son talent.»

À voir aussi    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.