/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Kim Thúy: hommage aux plats du quotidien

Dans la cuisine avec : KIM THUY
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Kim Thúy est une personnalité chaleureuse et authentique. On aime ça, et avec raison, les personnes transparentes qui disent ce qu’elles pensent avec franchise. 

Cette femme talentueuse et sensible a su toucher avec ses écrit tellement de lecteurs sur tous les continents. D’ailleurs, l’aventure continue puisque le livre Ru sera adapté au grand écran. Kim joue le rôle de conseillère pour ce projet cinématographique très attendu. Elle ne souhaite pas s’imposer et fait confiance au réalisateur et producteur. Elle y apportera sensibilité et vérité sur quelques points ici et là, avec douceur et nuance.

Côté cuisine, Kim a déjà eu un restaurant (Ru de Nam, à Montréal). Elle anime aussi une émission à Radio-Canada, La table de Kim, un prolongement tout naturel de ce qu’elle aime tant dans la vie, rencontrer des personnes, échanger, partager avec eux un repas savoureux, composé de conversations, de sincérité et de joie. 

Dans la cuisine avec : KIM THUY
Photo courtoisie

Questionnaire gourmand  

Le matin, thé ou café ?

Le matin, je ne suis ni Vietnamienne ni Québécoise, sincèrement, je suis plutôt rien, le matin. Il m’arrive d’avoir mon premier repas uniquement le midi et même plus tard, si je n’avais pas à m’occuper des enfants. Le matin, mon corps se repose. Il faut dire que je n’ai pas le temps de faire le petit déjeuner vietnamien, le matin, qui comporte plusieurs choses un peu plus longues à faire qu’un simple café et toast. Et malgré tout le temps passé ici, je n’ai pas réussi à intégrer dans ma routine du matin un petit déjeuner avec œuf et bacon par exemple, mais bon, je sais, je suis particulière !

Croissant ou gruau, fruits... ?

Le gruau, que je ne connaissais pas, je l’ai découvert avec le père de mes enfants. Avec un peu de sucre, c’est magnifique, si bien que lorsque je voyage et que je vois gruau sur le menu des hôtels, restaurants ou dans le lounge d’Air Canada, je le commande toujours. C’est le lien du Québec pour moi, c’est très réconfortant. En y réfléchissant bien, ça me rappelle aussi le congee, une bouillie de riz blanc. En Chine, on le mange souvent au petit déjeuner.

Pain tranché ou baguette ?

Je suis pain fesse (rire). De la boulangerie Ô Gâteries à Longueuil, c’est vraiment un bon pain, le meilleur ever. Pour la baguette, par contre, je vais à la boulangerie Les enfarinés, à Boucherville, ça vaut le voyage, mais ils ont aussi un dépôt de pains dans la petite boutique de saucisses William J. Walter, à Longueuil.

Pain fesse de la boulangerie Ô Gâteries à Longueuil
Photo courtoisie
Pain fesse de la boulangerie Ô Gâteries à Longueuil

Fromage ou dessert ?

Dessert, pas que je n’aime pas le fromage, mais culturellement, je vais spontanément vers le dessert, j’adore tous les desserts. Les petits desserts aux fruits rouges avec pistaches concassées. Tiramisu. Fondant au chocolat, mais je n’ai pas encore trouvé le fondant idéal, je cherche encore l’adresse et le fondant qui me fait rêver.

Viande ou poisson ?

Je te dirais que depuis 5, 6 ans, nous avons réduit la consommation de viande de trois quarts dans la famille.

Il faut dire aussi que culturellement, la viande pour moi est un accompagnement de légumes, pas l’inverse comme en Amérique du Nord ou en Europe. Mais les choses changent, la consommation de végétaux fait de plus en plus partie de la diète des gens. C’est vrai que je n’échappe pas à la conscience environnementale, mais aussi pour des raisons de santé, c’est un tout, je pense. 

La consommation variée est pour moi la clé de mon alimentation.

J’aime les poissons, les fruits de mer, particulièrement les couteaux de mer du restaurant Montréal Plaza, un pur délice. 

Avec le steak, salade ou frites ?

Le meilleur, ce serait les deux, mais j’adore la salade verte, même sans artifice ou vinaigrette. Il y a quelque chose de très rafraîchissant pour moi à manger de la salade. 

Caramel ou chocolat ?

Les deux ensemble (rire) ! Une tablette de chocolat avec des éclats de caramel, il n’y a rien de meilleur. Sinon, un caramel frais, coulant, c’est divin. J’aime aussi les desserts aux marrons, mais pas trop sucrés.

Gâteau ou biscuit ?

Gâteau. J’adore le gâteau au fromage et matcha de la pâtisserie japonaise Uncle Tetsu, rue Pierce, à Montréal, un délice, c’est très moelleux en bouche. J’aime les tartes aux pommes, Paris-Brest, bref, j’adore les desserts !

Blanc ou rouge ?

Je ne prends pas d’alcool, un verre et je suis pompette. Par contre, j’adore sentir le vin, ses arômes, le fruité, comme un parfum, comme sentir la nourriture, les herbes fraîches ou les épices. 

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Je veux te parler de mon expérience au restaurant La Tanière à Québec. Non seulement ils proposent une carte de mocktails, mais ils poussent la réflexion plus loin en élaborant un accompagnement pour chaque plat du menu dégustation, c’est fantastique. Il y avait toutes sortes de sensations, parfois crémeux, velouté, parfois pétillant, une grande expérience sensorielle et gustative. Les restaurateurs sont bien créatifs. 

Présente-moi ton accessoire de cuisine chouchou, et pourquoi l’avoir choisi ?

Avec un couteau, je peux tout faire. Une râpe pour le zeste de citron. Je m’en sers aussi pour les épices. 

As-tu un petit rituel lorsque tu prépares les repas ?

Je vide le lave-vaisselle et je m’organise pour faire le plus de place possible autour de moi pour travailler et préparer sans rien pour m’empêcher de tout mettre autour de mon grand comptoir, pour éviter le chaos (rire) ! Mon défi, chaque fois, c’est d’imaginer un menu afin que je puisse passer le plus de temps possible avec mes invités, mes amis, la famille, c’est important que je sois à table moi aussi et non à m’affairer en cuisine. 

As-tu une recette chouchoute que tu fais à tes invités ?

Un poisson grillé, préparé à la vietnamienne avec une sauce aux oignons verts et arachides. C’est toujours un gros succès. Les bras se croisent, les amis se passent les plats, les garnitures, c’est comme une fête gourmande, j’adore.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es fière.

Eh bien, moi, ce sont les plats du quotidien qui me séduisent beaucoup. Il y a quelques jours, j’ai fait un bouilli et c’était très bon, très savoureux et je sais que ça fait plaisir autour de la table. Rôti de palette avec du vin rouge, beaucoup de légumes, des légumes racines surtout, 300 degrés pendant pratiquement 5 heures. Finalement, nous l’avons mangé le lendemain et j’ai ajouté à la dernière minute des zestes de citron. J’ai pensé à l’osso buco, c’était rafraîchissant et ça apportait un peu de soleil à la froide journée.

Dis-nous qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté... lol !

Toujours (rire) ! Le pâté au poulet, ça m’a pris des années et des années avant de le réussir, je viens de découvrir pourquoi je ratais toujours la recette. Je ne savais pas qu’il fallait que le poulet soit froid avant de le mettre dans la béchamel pour éviter ainsi que la sauce se sépare. 52 ans de déboires culinaires. Ma matante, Marcelle de Roberval, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, m’a enfin dévoilé dernièrement le fameux secret du pâté au poulet réussi. J’ai acheté toute ma vie des pâtés au poulet car je n’y arrivais pas, faut le faire ! Merci à ma matante qui fait le meilleur pâté au poulet du monde, vraiment ! 

Dans la cuisine avec : KIM THUY
Photo Adobe Stock

Meilleure expérience culinaire à vie au restaurant ?

En fait, j’ai eu la chance de manger dans beaucoup de restaurants prestigieux dans les dernières années, mais la sensation et la plus grande émotion, c’est lorsque je suis retournée au Vietnam et que j’ai découvert les petits restaurants, au bord de la rue, de cuisine faite avec pratiquement que des coquillages. Les saveurs, les odeurs, tout était comme de la magie. Je resterai marquée à vie par cette fantastique palourde, que je n’ai jamais retrouvée ailleurs.  

Carnet d’adresses  

Tes restos préférés ?

J’aime beaucoup les restaurants, et nous sommes gâtés à Montréal, mais si je devais en nommer un seul et montrer à des amis étrangers, c’est quoi la restauration au Québec et à Montréal, je dirais Montréal Plaza, c’est de la grande cuisine décomplexée, j’adore.

Aussi, le restaurant japonais Okeya Kyujiro, rue de la Montagne, oh là là, c’est le vrai, l’authentique restaurant japonais, un véritable voyage gustatif. Sinon, Matcha Zanmai, rue Mackay, à Montréal, la crème glacée au matcha est incroyable.

Restaurant japonais Okeya Kyujiro
Photo courtoisie
Restaurant japonais Okeya Kyujiro

Produits culinaires chouchous ?

Le citron, la lime et le gingembre frais.

Découverte gourmande chouchoute ?

Jus de rhubarbe de la ferme Folie Douce à Bromont, je suis tombée en amour.

Plat préféré au restaurant ?

Les gnudis florentins avec une petite sauce à la sauge, c’est divin.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

Les épices créatives de La pincée. Le curry est très bon. 

Un coup de cœur culinaire ?

Le pain de Menu Extra, fa-bu-leux ! Le croissant aux framboises, de Farine et Cacao, oh là là, c’est tellement bon.

Gourmandise coupable ?

Le chocolat blanc matcha, de la chocolaterie Chloé. Les tartinades de Allo Simone. Les madeleines de chez Maison Boulud, toutes chaudes. 

Ton style de cuisine préféré

Le touski, c’est ma cuisine préférée. J’aime vraiment toutes les cuisines du monde et parfois c’est dangereux. En Inde, lors de mon voyage, j’ai pris 6 lb, en Italie aussi, j’aime découvrir les différentes cuisines. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.