/sports/hockey
Navigation

Trente match de suspensions pour un geste raciste

L’attaquant québécois Bokondji Imama (photo) a été la cible d'un geste raciste de la part de Krystof Hrabik.
Photo d'archives Agence QMI, Dominic Chan L’attaquant québécois Bokondji Imama (photo) a été la cible d'un geste raciste de la part de Krystof Hrabik.

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue américaine de hockey (LAH) n’entend pas plaisanter avec le racisme, elle qui a imposé une suspension exemplaire de 30 matchs à Krystof Hrabik pour un geste de la sorte, vendredi.

• À lire aussi: Le Rocket vient à bout de la meilleure équipe

Le joueur du Barracuda de San Jose a été puni pour un acte commis à l’endroit de l’attaquant québécois Bokondji Imama, des Roadrunners de Tucson, lors du match opposant les deux équipes le 12 janvier.

La LAH n’a pas précisé la nature du geste posé par Hrabik, mais plusieurs échauffourées avaient été observées durant cette rencontre, notamment entre les deux athlètes concernés.

«La LAH soutient Boko Imama. Il est injuste qu’un joueur puisse être sujet à des commentaires ou des gestes en fonction de son ethnicité ; il devrait être jugé seulement sur son habileté à performer sur la glace comme joueur, comme coéquipier dans le vestiaire et comme membre de sa communauté», a déclaré la ligue par voie de communiqué.

Hrabik, qui a déjà purgé trois matchs de sa suspension, pourra revenir au jeu le 3 avril.

Dans une déclaration, l’organisation du Barracuda s’est dit consternée par l’incident et a offert ses plus sincères excuses à Imama. «Bien que nous soutenons la capacité des individus à expier leurs fautes et apprendre de ces incidents, dans ce contexte, ces actions sont en opposition directe avec les valeurs du Barracuda et des Sharks [de San Jose]», a expliqué le club californien.

Hrabik regrette

Dans une lettre d’excuses rendue publique par le réseau Sportsnet en soirée, Krystof Hrabik a dit accepter les conséquences de ses actions et qu’il ne porterait pas en appel sa suspension. Il devra tout de même se conformer au comité d’inclusion des joueurs de la Ligue nationale de hockey.

«Le geste a été fait dans le feu de l’action et bien que je n’avais aucune intention de faire quoi que ce soit de raciste, je réalise désormais dans ma propre ignorance la façon dont ce geste pouvait être interprété», a expliqué l’athlète de 22 ans.

«Lorsque j’ai entendu parler de la réaction de Boko au geste, j’ai été horrifié par ce que j’avais fait, a-t-il ajouté. Boko est un joueur que je respecte et je suis vraiment désolé de l’avoir placé dans cette situation. J’ai envoyé mes excuses personnelles à Boko et j’espère sincèrement qu’il me pardonnera».

Pas la première fois

Ce qui est bien malheureux dans le cas de Bokondji Imama, c’est ce que c’est n’est pas la première fois qu’il est victime de ce genre de comportement inapproprié. Il y a deux ans presque jour pour jour, le Montréalais était visé par une remarque désobligeante du défenseur des Condors de Bakersfield Brandon Manning. Ce dernier avait été suspendu cinq matchs par la LAH.

«J’ai composé avec ce genre de situation toute ma vie. En tant que personne de couleur au hockey chez les jeunes, les juniors et maintenant deux fois chez les professionnels, ça continue de m’arriver sans cesse, s’est désolé Imama sur son compte Twitter. Nous avons assez de choses à se soucier comme joueurs de hockey professionnels et ça me rend triste chaque fois que quelqu’un doit composer avec ce genre de choses.»

«Même si je crois honnêtement que le sport a fait des progrès, NOUS avons encore un long chemin à parcourir pour éduquer les ignorants et faire du hockey un jeu sain pour tous», a-t-il ajouté.