/opinion/columnists
Navigation

François Legault a appris la leçon

François Legault a appris la leçon
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

En évitant de dévoiler cette semaine un calendrier de levée des mesures sanitaires, le gouvernement Legault a assurément tiré des leçons des annonces prématurées du temps des Fêtes. 

La pression est forte sur le premier ministre pour qu’il fasse savoir pour quand la réouverture des restaurants, cinémas, gyms et salles de spectacles est envisagée. Dans le cas des restaurants, selon les informations publiées dans nos pages hier, les dates du 31 janvier ou du 8 février sont considérées. 

Pour les gestionnaires de ces établissements, l’absence de calendrier s’avère en effet un véritable casse-tête. 

Puis, avec raison, les gens vaccinés en ont marre d’être confinés malgré l’effort collectif.  

Sauf qu’il n’aurait pas été plus avisé de fournir un calendrier sans données scientifiques qui l’appuient, comme l’a fait cette semaine le premier ministre ontarien, Doug Ford. 

Le casse-tête serait encore plus grand si le gouvernement annonçait des dates pour ensuite être contraint de reculer pour des raisons sanitaires ou de dépassement des capacités hospitalières. Dans cette optique, mieux vaut patienter encore un peu.  

Personne n’a envie de jouer dans une reprise du mauvais film du temps des Fêtes, où le gouvernement a dû se tourner vers des mesures extrêmes après s’être montré trop optimiste.  

Donner de l’air  

En pleine crise, Québec doit composer avec le système de santé actuel. Il est donc hasardeux de se lancer dans les comparaisons avec d’autres provinces ou pays. 

On ne reconstruit pas un navire qui est en train de couler. Il faut donc agir de manière à supporter le modèle en place. 

Maintenant, en plus de réfléchir à des réouvertures progressives, le gouvernement doit donner de l’air à ceux qui présentent le moins de risques d’engorger le système de santé : les gens pleinement vaccinés. 

Ces assouplissements s’imposent pour préserver la santé mentale de la population. Celle-ci est durement affectée, après deux années où tous ont davantage l’impression de survivre que de vivre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.