/news/politics
Navigation

Nouveau style à la présidence du conseil municipal

La nouvelle figure d’autorité à l’Hôtel de Ville de Québec, Louis Martin, entend aussi participer aux débats

Quebec
Photo Stevens Leblanc Le nouveau président du conseil municipal à Québec, Louis Martin, dit s’être tapé un nombre incalculable d’heures d’écoute de vieilles séances du conseil de ville sur YouTube afin d’apprendre les rudiments de sa fonction.

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle figure d’autorité à l’Hôtel de Ville, que les citoyens de Québec apprendront à connaître au fil des ans, entend définir son propre style et compte bien mener ce qu’il appelle lui-même une « présidence active ».

Contrairement à ses prédécesseurs, qui étaient tous membres du parti au pouvoir depuis 2009, Louis Martin fait partie de l’opposition, une dynamique différente.

Dans les quatre prochaines années, il ne restera pas sur les lignes de côté et prévient qu’il cédera son siège régulièrement à la vice-présidente, Véronique Dallaire, afin d’intervenir au conseil avec son chapeau de conseiller de Cap-Rouge-Laurentien.

Lors de la dernière séance, il est d’ailleurs intervenu à deux reprises, d’abord au sujet de la présence d’ocre ferreux sur le terrain de la future centrale de police, puis il a déposé un avis de proposition sur l’agriculture urbaine.

« Je ne veux pas juste être président, m’asseoir là, puis ne rien faire. Je veux quand même participer. J’ai fait des promesses pendant ma campagne. Dans quatre ans, je ne veux pas que les citoyens me disent que je n’ai rien réglé parce que j’étais président », confie-t-il en entrevue.

« Pour mettre de la pression sur le comité exécutif, il va falloir que je le fasse en conseil de ville. En étant dans l’opposition, c’est la seule façon de faire avancer les dossiers. Je suis obligé de créer un nouveau modèle de présidence pour être sûr que mon district soit représenté, ce qui est un beau défi », ajoute-t-il, insistant sur le fait que le président a bel et bien le droit de voter sur chaque résolution.

Apprentissage à vitesse grand V

Les choses se sont bousculées rapidement après l’élection. Son chef, Claude Villeneuve, a vu en lui un potentiel président en l’observant diriger des caucus d’Équipe Marie-Josée Savard.

« Ensuite, j’ai rencontré le maire Bruno Marchand puis son chef de cabinet et c’est de même que ça s’est décidé, mais je n’avais aucune aspiration dans ma tête. Je ne me voyais pas là. Le premier conseil de ville auquel j’ai assisté à Québec en présentiel, c’est celui que j’ai présidé ! Il a fallu que j’apprenne vite », admet-il avec candeur.

Pour l’heure, l’harmonie règne encore à l’Hôtel de Ville, malgré la composition éclatée du conseil avec quatre partis municipaux, deux indépendants et un maire minoritaire. Louis Martin prévient d’emblée les élus, incluant ceux de son propre parti, qu’il n’hésitera pas à les rappeler à l’ordre quand les échanges se corseront.

« Ça fait partie du rôle et c’est pour ça qu’ils m’ont choisi. Tant que j’ai du fun, je vais le faire et je prévois faire ça pour la longueur de mon mandat. Dans quatre ans, on verra... » 

Qui est Louis Martin ?  

  • Âgé de 42 ans. Il est né à Roberval, mais il a déménagé à Sainte-Foy en bas âge et a grandi ici
  • Baccalauréat en communication publique à l’Université Laval en 2003
  • Il a travaillé dans le secteur automobile en marketing aux sièges sociaux de Mazda (2003 à 2008) et de Porsche (2008 à 2015), à Toronto
  • Il est revenu au Québec en 2015 et il est devenu courtier immobilier
  • Il a présidé le conseil de quartier de Cap-Rouge dans les dernières années
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.