/sports/hockey/canadien
Navigation

Encore sans spectateurs au Centre Bell

Le Tricolore jouera ses trois prochaines rencontres au Centre Bell à huis clos

Encore sans spectateurs au Centre Bell
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien avait étiré l’élastique le plus possible en retardant la date de son retour au Centre Bell. Cette stratégie, élaborée avec la complicité de la LNH et rendue possible grâce à une sérieuse éclosion de cas positifs à la COVID-19 au mois de décembre au sein de l’équipe, consistait à gagner du temps.

• À lire aussi: Canucks: Émilie Castonguay nommée directrice générale adjointe

• À lire aussi: Kristopher Letang fier de Kent Hughes

• À lire aussi: Chez lui au Minnesota: Frédérick Gaudreau a trouvé le bonheur avec le Wild

Mais il y a une limite à ralentir le sablier. Le CH rentrera mardi d’un très long voyage de sept rencontres sur des patinoires adverses, ayant sillonné les États-Unis avec des arrêts à Boston, Chicago, Glendale, Dallas, Vegas, Denver et St. Paul.

Les retrouvailles au Centre Bell se feront dans la plus grande discrétion possible. France Margaret Bélanger, la présidente des sports et du divertissement du Groupe CH, a confirmé ce qu’elle redoutait depuis déjà plusieurs jours.

« J’ai le regret d’annoncer que nous jouerons nos trois prochains matchs à huis clos au Centre Bell, a mentionné Mme Bélanger en entrevue au Journal. Nous communiquerons avec tous nos partisans qui détenaient des billets pour ces trois rencontres pour leur offrir des possibilités de remboursements ou des échanges. »

Le Canadien n’en sera pas à sa première expérience sans la présence des spectateurs cette saison. Le 16 décembre, date du dernier match au Centre Bell, le CH avait fermé les portes de son amphithéâtre à la dernière minute, écoutant les directives de la Santé publique du Québec. Il avait triomphé des Flyers de Philadelphie 3 à 2 en tirs de barrage.

Laurent Dauphin, Alexander Romanov, Brett Kulak et leurs coéquipiers avaient célébré une victoire contre les Flyers, le 16 décembre, devant des gradins vides au Centre Bell.
Photo d’archives, Martin Chevalier
Laurent Dauphin, Alexander Romanov, Brett Kulak et leurs coéquipiers avaient célébré une victoire contre les Flyers, le 16 décembre, devant des gradins vides au Centre Bell.

De l’espoir pour février

Il y a toutefois un peu de lumière au bout du tunnel. À l’image du reste de la société, le Tricolore attend un assouplissement des mesures sanitaires.

« Nous avons un petit jeu pour le mois de février, a rappelé Mme Bélanger. Nous avons repoussé notre rencontre du 1er février. Après le match du 30 janvier, notre prochaine rencontre se déroulera le 8 février. Nous avons plusieurs discussions avec le gouvernement pour un retour des partisans, mais il n’y a toujours rien de clair. Il pourrait y avoir des nouvelles positives pour le 31 janvier ou un peu plus tard. »

Le CH aimerait revoir un pourcentage d’amateurs à partir de février. Au sein de la direction, on a évoqué à plusieurs reprises au gouvernement de François Legault le fait qu’on n’a recensé aucune éclosion au Centre Bell et que les consignes comme le port du masque ont toujours été appliquées.

À Ottawa, l’équipe la plus proche géographiquement de Montréal, les Sénateurs, joueront également leurs trois prochaines parties (mardi contre les Sabres de Buffalo, jeudi face aux Hurricanes de la Caroline et samedi contre les Ducks d’Anaheim) à huis clos. 

À partir du 31 janvier, les « Sens » pourront accueillir 500 partisans. On a comme objectif de revenir à 50 % de la capacité du Centre Canadian Tire dès le 21 février.

Zegras, McDavid et Domi

Le CH fera son retour en sol montréalais jeudi pour la visite des Ducks. Il n’y aura donc aucun spectateur dans les gradins pour regarder les prouesses des jeunes Trevor Zegras et Jamie Drysdale.

Les Oilers d’Edmonton et les Blue Jackets de Columbus débarqueront ensuite, samedi et dimanche. À leur unique passage au Québec, Connor McDavid et Leon Draisaitl fouleront donc la glace du Centre Bell dans un silence des plus complets. Il n’y aura pas le danger de voir un fidèle des Oilers, même s’ils sont plus rares à Montréal, lancer un chandail de l’équipe sur la patinoire.

Chez les Jackets, Max Domi n’aura pas l’occasion de saluer ses ex-partisans. Échangé à Columbus en octobre 2020 contre Josh Anderson, il n’a toujours pas affronté son ancienne équipe. Il y a toutefois très peu de fans qui pleureront l’absence d’une ovation pour le fils de Tie.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.