/news/society
Navigation

L’offre des abris de Mike Ward acceptée ailleurs qu’à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les refuges en bois pour itinérants proposés par l’humoriste Mike Ward à mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui les a refusés, seront finalement installés à Drummondville et Victoriaville.

• À lire aussi: Logements pour itinérants: Mike Ward tend la main à Montréal

Mike Ward et son agent ont refusé de commenter la nouvelle, mais des organismes qui s'occupent des itinérants l’ont confirmée à TVA Nouvelles, mardi.

Victoriaville aura à sa disposition cinq minimaisons, tandis que Drummondville recevra les vingt autres.

À Drummondville, c'est l'organisme l'Ensoleilvent qui a fait les démarches auprès de l'humoriste parce que son refuge d'urgence et sa halte-chaleur débordent.

Anna-Maria, une femme qui a fui Montréal pour venir s’établir dans la région il y a huit mois et qui a passé l’été à faire du camping sauvage, croit sincèrement que ce type d'installation s'avérera d’un grand secours pour les personnes comme elles à risque d'itinérance.

Comme les minimaisons doivent être accessibles avec un minimum de surveillance, la Ville et l'Ensoleilvent détermineront ensemble leur emplacement sur le territoire.

Plus tôt dans la journée, le gérant de l'humoriste a confirmé à TVA Nouvelles que d’autres municipalités ont manifesté de l’intérêt pour les 25 abris. 

«Il y a des municipalités qui sont prêtes à fournir le terrain et nous, on s’occupe de fournir les abris», a expliqué Michel Grenier, qui n’a pas voulu dévoiler toutefois les villes intéressées.  

  • Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec Antoine Tardif, maire de Victoriaville, sur QUB radio:    

À Montréal, il est toujours étonnant et stupéfiant d’ailleurs de voir des tentes installées par un temps glacial dans certains secteurs de la métropole.

En matinée, nos équipes sur le terrain ont pu constater la présence d’une tente sous le viaduc de l'autoroute Ville-Marie en bordure de la rue Saint-Antoine, près de la rue Atwater.

Personne ne s’y trouvait, mais il y avait beaucoup d'objets qui semblaient appartenir à quelqu'un. Si c'est le cas et si quelqu'un vit vraiment dans cette tente, c'est inquiétant parce que vendredi dernier, TVA Nouvelles dévoilait le triste destin de Stella Stosik, 64 ans, retrouvée dans un état critique dehors près de la station de métro Berri-UQAM. Elle est décédée malgré les manœuvres d'Urgences-santé. 

L’humoriste Mike Ward, affecté par la mort de cette itinérante survenue dans les derniers jours, a proposé 25 abris [pour itinérants] qu’il dit avoir offerts à l’équipe de Valérie Plante l’année passée. 

«L’offre tient toujours. C’est des tentes en bois isolées, chauffées avec la chaleur du corps humain. On peut se loger confortablement jusqu’à -30. Conçues pour les gens les plus à risque, ceux qui refusent de dormir dans les refuges», lit-on sur ses réseaux sociaux.

La mairesse de Montréal a répondu à l’humoriste en précisant que «l’itinérance est un enjeu complexe qui nécessite des solutions encadrées et adaptées».   

À voir aussi     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.