/opinion/columnists
Navigation

Igor Shesterkin au sommet à la mi-saison

Igor Shesterkin au sommet à la mi-saison
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au bilan des gardiens à la mi-saison, il n’y a aucun doute : Igor Shesterkin, des Rangers de New York, est le premier de classe. 

Après avoir raté quelques matchs au début janvier, Shesterkin est revenu en force avec cinq victoires d’affilée, portant à sept sa séquence. Que dire de mieux que 20 victoires en 26 matchs et un dossier de 20-4-2/,937/2,07 ? 

Shesterkin présente les atouts pour rivaliser avec son compatriote Andrei Vasilevskiy (23-7-3/,922/2,25) au titre du meilleur gardien de la LNH pendant des années. Une domination russe pointe à l’horizon. 

Les immenses qualités techniques et athlétiques de Shesterkin devraient faire réfléchir les recruteurs et directeurs généraux qui recherchent à tout prix des gardiens de 6 pi et 4 po ou plus. Ce n’est pas le plus important ! 

D’ailleurs, parmi les 105 portiers ayant évolué dans la LNH cette saison, un des meilleurs est l’agile Finlandais de 5 pi et 11 po des Predators de Nashville, Juuse Saros (22-11-2/,925/2,38). Avec 35 départs sur les 43 duels de son équipe, Saros (deuxième dans notre classement informatisé) est sur une cadence de 68 matchs.  

Selon les statistiques détaillées de Clear Sight Analytics (CSA), Saros a accordé 23,34 buts de moins que la moyenne selon la qualité des tirs reçus. 

Shesterkin domine, ayant « sauvé » 25,51 buts. 

Premier dans notre classement pendant sept semaines d’affilée, l’Américain Jack Campbell a refroidi quelque peu en 2022. Il a accordé cinq filets dans trois de ses quatre dernières exhibitions. 

Jarry, meilleur Canadien 

Le Britanno-Colombien Tristan Jarry (3e) est le meilleur gardien canadien depuis le début de la saison, le seul dans le top 10. Le portier des surprenants Penguins de Pittsburgh en est un autre qui arrive dans la fleur de l’âge à 26 ans.  

Il faut descendre aux 14e et 15e rangs pour trouver deux autres Canadiens : le Québécois Marc-André Fleury, des Blackhawks de Chicago, et l’Albertain Carter Hart, des pauvres Flyers de Philadelphie. 

La meilleure recrue 

L’Américain de 26 ans des Red Wings de Detroit Alex Nedeljkovic (13e) est la recrue de la saison à date chez les hommes masqués devant Kaapo Kahkonen, du Wild du Minnesota. On s’attendait à un peu plus de Spencer Knight chez les Panthers de la Floride. Il n’a que 21 ans et malgré son immense talent, on réalise qu’il est difficile de brûler les étapes. Hart pourrait lui en parler. 

Grubauer, la déception 

La déception est Philipp Grubauer, du Kraken de Seattle. Bon, il a assuré sa sécurité financière en acceptant un contrat de six ans de 35,4 millions $ d’une équipe d’expansion, mais il déçoit. Sa fiche de 10-15-4/,884/3,25 est peu reluisante, mais pire encore, en 30 matchs, il a accordé 15 buts de plus qu’il aurait dû, selon la qualité des tirs affrontés d’après CSA. 

Impressionnant Sorokin 

C’est toujours difficile de bien évaluer un gardien d’une équipe de Barry Trotz, mais Ilya Sorokin (5e), un autre Russe, fait le boulot chez les Islanders de New York. Les trois finalistes au trophée Vézina pourraient être Russes. Rappelez-vous que le volubile Robin Lehner l’avait identifié comme un des meilleurs gardiens de la LNH. 

Incidemment, Lehner et les Golden Knights de Vegas ne sont pas dans le coup pour défendre leur trophée Jennings. Frederik Andersen et les Hurricanes de la Caroline sont en avance. 

Malgré les défaillances du Canadien, Jake Allen (,901) et Samuel Montembeault (,904) sont légèrement au-dessus du seuil de respectabilité de ,900. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.