/news/coronavirus
Navigation

L'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés

L'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'Autriche a annoncé mercredi la levée prochaine du confinement des non-vaccinés, même s'ils vont bientôt devenir hors la loi avec l'entrée en vigueur de la vaccination obligatoire contre la COVID-19. 

• À lire aussi: [PHOTOS] Grandes surfaces, SQDC et SAQ: trop facile de magasiner avec un faux passeport vaccinal

• À lire aussi: À trois mois de la présidentielle, forte augmentation des violences contre les élus en France

• À lire aussi: Jusqu'où accommoder les non-vaccinés?

Depuis mi-novembre, ceux qui n'ont pas reçu d'injection ou qui ne peuvent pas présenter de certificats d'anticorps témoignant d'une infection récente n'ont en théorie plus le droit de quitter leur domicile. Sauf pour travailler, faire leurs courses alimentaires, du sport ou pour des soins médicaux.

À compter de lundi, ils retrouveront leur entière liberté de mouvement. Ils resteront toutefois exclus des restaurants, hôtels, lieux culturels et sportifs qui exigent un pass vaccinal.

Ce pays d'Europe centrale avait opté pour cette restriction drastique face à la flambée des cas et au risque de saturation des services de soins intensifs.

«Il s'agit d'une des mesures les plus strictes qu'on puisse prendre. Or la situation actuelle dans les hôpitaux nous permet d'y mettre fin», a déclaré le chancelier conservateur Karl Nehammer à la presse avant le Conseil des ministres.

«Nous voulons limiter les restrictions au maximum», a-t-il assuré.

L'Autriche enregistre certes un nombre record de nouveaux cas - plus de 34 000 annoncés mercredi - mais la moindre sévérité du variant Omicron suscite un débat sur l'allègement des mesures comme dans d'autres pays européens.

Le Danemark prévoit de lever entièrement ses restrictions, tandis que la France ou le Royaume-Uni ont annoncé un notable assouplissement des leurs.

Si l'Autriche lâche un peu de lest, elle va en revanche de l'avant avec son projet de vaccination obligatoire, une mesure inédite dans l'Union européenne et très rare dans le monde.

Le Parlement a adopté la loi la semaine dernière en vue d'une entrée en vigueur le 4 février. Tous les adultes, y seront soumis, sous peine d'encourir une amende comprise entre 600 et 3 600 euros.

Environ 72% de la population de 8,9 millions d'habitants dispose à ce stade d'un schéma vaccinal complet, un pourcentage inférieur à celui de la France ou de l'Espagne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.