/sports/hockey/canadien
Navigation

Carey Price: un dossier toujours nébuleux

« Carey a hâte de jouer au hockey, ça lui manque » - Éric Raymond

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS---GAME-ONE
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Il y a toujours un mystère avec Carey Price. Le Canadien marche sur des œufs avec son gardien étoile, offrant un bilan médical sans grande précision. Dans ce dossier, Dominique Ducharme cache difficilement son impatience. 

• À lire aussi: Canadien: des joueurs reviennent, d’autres, non

• À lire aussi: Sénateurs: une bonne nouvelle pour Brady Tkachuk

C’est le jour de la marmotte avec Price. Mais la marmotte n’a toujours pas vu son ombre, laissant présager un hiver encore plus long. Encore une fois, on a le sentiment de nager dans l’inconnu avec l’état de santé du gardien étoile de l’équipe. 

« Carey poursuit sa réadaptation pour son genou, a dit Chantal Machabée, la vice-présidente aux communications chez le Canadien. Il est en gymnase depuis plusieurs jours. On note une progression. Mais il n’y a pas une date pour un retour sur la glace. »

Relancé pour une énième fois sur la santé de son gardien numéro un, Ducharme a grincé des dents sur une question très inoffensive. Le collègue de TSN John Lu lui a demandé si les progrès en gymnase pouvaient permettre à l’équipe de connaître une date pour un retour sur la glace. 

« Non, a-t-il répliqué. Mais si tu as des questions, je crois que Chantal est là pour clarifier des choses. Parlons de hockey. »

Ducharme n’aurait pas à répondre toujours aux mêmes questions si le CH parvenait à convaincre Price de parler aux journalistes. Le numéro 31 ne s’est pas prêté à ce jeu, qui n’a jamais été son préféré, depuis l’élimination au cinquième match de la finale de la Coupe Stanley contre le Lightning à Tampa. C’était le 7 juillet. On parle donc d’une période de 204 jours. 

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS---GAME-ONE
Photo Martin Chevalier

Une lente guérison

Après son fabuleux parcours en séries, Price a subi une opération à un genou le 23 juillet. Selon le diagnostic initial, le numéro 31 devait s’absenter pour une période de 10 à 12 semaines. Techniquement, on pouvait s’attendre à un retour au jeu vers la fin du mois d’octobre. 

On connaît l’histoire. Le plan a déraillé au mois d’octobre quand Price a adhéré au programme d’aide des joueurs de la LNH. Le gardien originaire de la Colombie-Britannique a travaillé sur ses démons personnels, s’attaquant à des problèmes de consommation. Il s’est absenté de sa famille et de ses coéquipiers pour une période de 30 jours afin de se reconstruire. 

La démarche était des plus louables. Il n’y a personne à l’abri des problèmes de santé mentale.

« Au cours des dernières années, je me suis laissé sombrer dans un état de noirceur, dont il m’est devenu impossible de sortir sans aide, avait déclaré Price dans un communiqué. Les choses avaient atteint un point où j’ai réalisé que je devais prioriser ma santé, tant pour moi-même que pour ma famille. » 

Depuis ce temps, Price n’a pas réussi à guérir complètement de sa blessure à un genou. Avant Noël, il avait recommencé à s’entraîner avec son équipement sans toutefois bloquer les tirs de ses coéquipiers. Selon diverses sources, il y aurait encore de l’enflure dans son genou, ce qui l’empêche de retourner sur la patinoire. Il n’a toujours pas revêtu ses jambières depuis la pause des Fêtes. 

Au début du mois de décembre, Carey Price a recommencé à s’entraîner à Brossard sans toutefois se soumettre aux tirs de ses coéquipiers.
Photo Chantal Poirier
Au début du mois de décembre, Carey Price a recommencé à s’entraîner à Brossard sans toutefois se soumettre aux tirs de ses coéquipiers.

Hâte de jouer

À la veille du match contre les Ducks au Centre Bell, Éric Raymond, l’entraîneur des gardiens, a aussi participé à une visioconférence. Le sujet de Price devenait incontournable.

« Carey vient à la patinoire [centre d’entraînement], il fait ses traitements, il s’entraîne, a noté Raymond. Il est dans la bonne direction. C’est un gars qui a hâte de jouer au hockey, ça lui manque. J’ai ressenti de la frustration chez lui. Il espérait un retour au jeu il y a deux mois. Ce n’est pas facile pour lui, il est un joueur de hockey qui veut jouer au hockey. Il travaille fort pour revenir. On nous dit que ça s’en va dans la bonne direction. Maintenant, c’est son genou qui va nous le dire. »

Son genou le dira ou une publication d’Angela Price sur Instagram. Si l’homme masqué du Tricolore a toujours opté pour la discrétion, sa conjointe n’hésite pas à publier des messages sur les réseaux sociaux. 

À l’instar de Ducharme, Raymond se retrouve aussi devant l’inconnu. 

« Au quotidien, Carey travaille plus avec le personnel médical, a-t-il dit. Je n’ai pas travaillé étroitement avec Carey. Il n’a pas le feu vert pour sauter sur la glace avec moi et faire des exercices de gardien. Il travaille fort avec les médecins. Il veut revenir et jouer au hockey. »

Price avait probablement comme objectif de revenir à temps pour les Jeux olympiques de Pékin. Mais avec l’absence des joueurs de la LNH en Chine, cette motivation de plus a pris le bord. Ducharme, quant à lui, aimerait miser sur du renfort à une position clé. Et on peut le comprendre. 

À voir aussi     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.