/news/currentevents
Navigation

Étrange «conférence de presse»: le cirque Awad continue

Dans un point de presse chaotique, l’homme a menacé de poursuivre Sunwing

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fui les médias pendant un mois, l’organisateur du voyage controversé d’influenceurs a fait une conférence de presse, jeudi, plutôt insolite où il est resté encore silencieux sur les questions liées à sa mystérieuse fortune.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Party dans un avion: James William Awad va poursuivre Sunwing

• À lire aussi: Voici 10 déclarations étonnantes de James William Awad pendant son point de presse

• À lire aussi: Le «Tiger King» québécois: une série documentaire américaine en chantier sur James William Awad

Plus d’une dizaine de journalistes de partout au pays se sont entassés aujourd'hui dans l’entrée de l’entreprise TripleOne appartenant à James William Awad. 

La conférence, qui avait lieu dans un immeuble industriel de la route Transcanadienne, à Montréal, ressemblait à une drôle de comédie.    

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Yves Poirier, journaliste à TVA Nouvelles sur QUB radio :

Devant six drapeaux, James William Awad s’est adressé aux nombreux représentants des médias dans une mise en scène étrange.
Photo Pierre-Paul Poulin
Devant six drapeaux, James William Awad s’est adressé aux nombreux représentants des médias dans une mise en scène étrange.

Avant le début de son annonce, l’homme d’affaires controversé s’exerçait pour sa descente dans l’escalier, comme le font les vedettes hollywoodiennes sur un tapis rouge. 

À 11 h, James William Awad est finalement descendu du deuxième étage pour échanger avec les journalistes. Il a arrêté sa marche d’un coup sec, enlevé son masque et a posé pour les caméras. 

Sa propre équipe de tournage l’accompagnait, pour filmer cet événement. 

Photo Pierre-Paul Poulin

Fait étonnant, l’homme de 28 ans avait installé derrière lui six drapeaux, du Québec, du Canada et des États-Unis... comme le font les chefs d’État durant un point de presse. 

Photo Pierre-Paul Poulin

A-t-il des aspirations politiques ? 

« Non. Je ne compte pas être en politique pour l’instant, mais dans le futur, on ne sait jamais », a-t-il déclaré. 

Mais avant même qu’il puisse parler, un homme est venu perturber le début de son annonce et s’est fait rapidement escorter vers la sortie. 

« M. Awad, allez-vous faire d’autres partys ? Allez-vous m’inviter ? », a-t-il hurlé.

Une question ou l’expulsion

Les représentants des médias avaient d’ailleurs le droit de poser une seule question par intervention. 

« Pas de follow-up, sinon, vous êtes expulsé », a menacé une employée d’Awad. En somme, celui-ci n’avait rien de particulier à annoncer aux journalistes ce matin. 

Il a à peine évoqué le désir de poursuivre Sunwing après avoir fait le party avec une centaine de Québécois buvant de l’alcool et vapotant dans l’avion du transporteur le 30 décembre dernier. 

En commentant les vidéos d’influenceurs sur le vol, le premier ministre Justin Trudeau les avait qualifiés de « sans-dessein » et d’« ostrogoths en vacances ».

Photo Pierre-Paul Poulin

Comment devenir millionnaire ? 

Sans surprise, James William Awad est encore resté silencieux devant plusieurs questions, dont celles liées à sa fortune.  

Rappelons que pour 6,3 M$, il a acheté au moins six résidences et un terrain à Bois-des-Filion. 

Un journaliste lui a même demandé comment devenir aussi riche que lui. 

« Je ne suis pas un conseiller financier, mais ce que je peux dire, c’est la vérité dans tout : faites ce que vous aimez », a-t-il conseillé vaguement. 

La conférence s’est terminée d’une manière plutôt insolite. Awad s’est levé. 

Il a posé pour les photographes avec ses drapeaux en arrière-plan. 

Puis, pour clore le spectacle, il a pris une pose avec une bouteille d’eau pour faire un placement de produit avant de remonter silencieusement les escaliers.    

  • Écoutez l’analyse de Vincent Dessureault et Geneviève Pettersen sur QUB radio    

 

18 avis de non-conformité     

Au moins 18 avis de non-conformité ont été émis aux voyageurs du vol de Sunwing en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine, a appris TVA Nouvelles. L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) fait aussi le suivi des cas présumés de fraude. Parmi ces 18 avis, cinq rapports ont été transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Personne n’a été arrêté ou accusé formellement à ce jour.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.