/news/coronavirus
Navigation

Passeport vaccinal: ils se proposent pour faire les courses des non-vaccinés

Des internautes proposent de faire des courses dans les commerces où le passeport vaccinal est demandé

GEN - DOSSIER COVID PASSE PORT GRANDE SURVACE
Photo Martin Alarie Plusieurs proposent de faire des courses dans les magasins à grande surface interdits aux non-vaccinés.

Coup d'oeil sur cet article

Des Québécois proposent de faire des courses pour les non-vaccinés, qui ont vu leur accès à plusieurs commerces être interdit depuis l’imposition récente du passeport vaccinal.

• À lire aussi: Pourquoi les gyms ne peuvent pas rouvrir encore?

• À lire aussi: Le passeport vaccinal passe le test dans les commerces

• À lire aussi: Plan d’action: Québec tend la main aux non-vaccinés

« [sic] Ta pas ton passeport vaccinal pis ta besoin d’aller chercher des trucs dans les magasins qui le demandent ? [...] Jsuis la pour toi », écrit une femme sur Facebook, en proposant un tarif au déplacement de livraison le jour même pour des achats dans plusieurs magasins à grande surface.

Elle souhaite ainsi rendre service aux personnes non vaccinées qui n’ont plus accès à la Société des alcools du Québec (SAQ), à la Société québécoise du cannabis (SQDC) et aux magasins de plus de 1500 mètres carrés, depuis les 18 et 24 janvier respectivement.

Même si ces commerces proposent pour la plupart un service de livraison et même de cueillette à l’auto, plusieurs citoyens vaccinés ont décidé de défier le gouvernement et d’offrir de faire des courses dans ces magasins pour les non-vaccinés. 

  • Écoutez la revue de l'actualité de Philippe-Vincent Foisy et Maude Boutet sur QUB radio:  

Sur Kijiji et Facebook 

Après de simples recherches sur l’internet, Le Journal a trouvé une dizaine d’annonces sur Kijiji et sur Facebook qui offrent ces services.

Certains d’entre eux ne mentionnent pas qu’ils s’adressent spécifiquement aux non-vaccinés, mais dressent la liste des principaux magasins où on demande depuis peu le passeport vaccinal.

« [sic] J’offre mes services de livraison a domicile pour les vaccinés ou les non vaccinés qui n’ont pas de passeport pour tout type de course », peut-on lire dans une annonce sur Kijiji qui propose entre autres de livrer des produits de la SAQ et de la SQDC dans la région de Québec pour 25 $. 

GEN - DOSSIER COVID PASSE PORT GRANDE SURVACE
Capture d'écran, Kijiji

« J’offre mes services de pickup et livraison pour ceux qui ne peuvent malheureusement plus magasiner à la SAQ, Walmart, Costco, etc. », a écrit quant à lui un utilisateur de Facebook dans un groupe de Laval.

Dans la région de Victoriaville, un internaute propose aux non-vaccinés de leur livrer des achats pour 30 $ l’heure.

GEN - DOSSIER COVID PASSE PORT GRANDE SURVACE
Capture d'écran, Facebook

Gratuit si tu attends

Un usager de Facebook propose ce service gratuitement si le bénéficiaire attend à la sortie du magasin pour récupérer les achats.

« Ma raison est très simple, le vaccin est un choix personnel et les personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas avoir/prendre le vaccin ne doivent pas être punies/interdites/pointées du doigt/mises à l’écart pour leur choix personnel », a-t-il répondu lorsque questionné par Le Journal quant aux motifs qui le poussaient à offrir ce service à coût nul.

Le ministère de la Sécurité publique n’a pas répondu aux questions du Journal. 

De son côté, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a fait valoir qu’il ne pouvait pas formuler d’avis juridique aux journalistes lorsque questionné sur la légalité des services proposés par ces internautes.

Légal, mais attention à l’alcool 

L’avocat François-David Bernier affirme qu’il n’est pas illégal que quelqu’un effectue des courses pour une personne non vaccinée dans les magasins à grande surface. 

De son avis, toutefois, ceux qui proposent de livrer de l’alcool et du cannabis s’exposent à des conséquences.

Les lois québécoises encadrant le cannabis et l’alcool interdisent la livraison de ses substances sans autorisation sous peine d’amendes, souligne-t-il.

Selon Me Bernier, c’est entre autres en raison de l’âge minimal requis pour acheter ces substances que cette réglementation est nécessaire. « Si n’importe qui livre, comment peux-tu t’assurer que les règles sur l’âge minimal sont respectées ? » résume-t-il.

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.