/news/currentevents
Navigation

Voici 10 déclarations étonnantes de James William Awad pendant son point de presse

Coup d'oeil sur cet article

Un mois après avoir fait scandale, le controversé James William Awad annonce qu’il compte poursuivre Sunwing après avoir fait le party avec une centaine de Québécois buvant de l’alcool et vapotant dans l’avion du transporteur.  

• À lire aussi: [EN IMAGES] Party dans un avion: James William Awad va poursuivre Sunwing

• À lire aussi: Le «Tiger King» québécois: une série documentaire américaine en chantier sur James William Awad

Voici quelques moments-clefs de ce point de presse inhabituel qui s'est déroulé jeudi matin. 

1) Pourquoi avoir choisi de mettre six drapeaux derrière vous, dont celui du Canada, du Québec et des États-Unis. Ce sont les chefs d’État qui font cela habituellement. Avez-vous des ambitions politiques?

«Je ne crois pas être en politique pour l’instant, mais on ne sait jamais pour le futur.»


2) Lorsqu’on lui demande pourquoi il s’associe avec un «fraudeur» en affaires :

«Je vois la vie de façon décentralisée. Tout le monde a le droit à une deuxième chance dans la vie. Je pense qu’on parle d’une chose qui est arrivée il y a 12 ou 13 ans. Tout le monde a le droit de rebâtir sa vie. Tout ce qui compte est le présent et le futur.»


3) Lorsqu’on lui demande pourquoi il est entré au Canada en catimini dans un camion cube :

«C’était une aventure. [...] Je suis allé du Mexique jusqu’à Miami. Je suis allé à Disneyland pour la première fois dans ma vie et je conseille tout le monde d’aller à Disneyland, c’est vraiment le fun! Ensuite je suis allé à New York pour une journée.»


4) Le journaliste de TVA Nouvelles Yves Poirier se lève et indique que James William Awad n’a pas répondu à la question de son collègue Félix Séguin.

«Avez-vous déjà été inquiété par les autorités, connu des policiers pour des affaires qui ressembleraient à de la fraude? - Non.»


5) Combien d’employé avez-vous ici à votre bureau (de Saint-Laurent)?

«On vient tout juste de déménager et on commence les rénovations dans pas long. Quand les rénovations seront terminées, on parle d’une centaine d’employés.»


6) Pourquoi vous enfreignez les règles et agissez aussi sauvagement? Vous faites chi** les voisins?

«Si je veux acheter des maisons, bâtir mon petit “resort’’, et je veux mettre des sculptures devant chez moi, tout le monde a sa vision et ses choix. Il faut respecter mes envies. Si on parle des voisins qu’on a vus dans les médias, bien c’est drôle parce qu’avant les médias, moi et les voisins on se disait allô! J’ai même acheté une trottinette à leurs enfants!»


7) Concernant les statues devant sa résidence

 «Ce n’est pas ma face sur les statues. J’ai mis ça pour démontrer la fonction de la maison. Par exemple, devant la maison du studio, il y a une statue avec un micro dans ses mains. C’est quelque chose que j’ai mis dans un jeu vidéo et je me suis inspiré du jeu vidéo.»


8) Qu’avez-vous pensé quand Justin Trudeau vous a traité d’ostrogoth?

«C’est notre premier ministre et je le respecte. Je comprends pourquoi il s’est senti ainsi. Il veut notre sécurité, il veut qu’on reste en santé. Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce qu’il a dit.»


9) Avez-vous un conseil financier pour moi, M. Yves Poirier, et les gens qui travaillent pendant des années pour essayer d’amasser de l’argent et nous ne sommes pas capables d’accumuler magiquement des millions $?

«Je ne suis pas un conseiller financier, mais ce que je peux dire, c’est la vérité dans toute : faites ce que vous aimez. Ce n’est pas parce que vous faites ce que vous aimez que vous allez faire de l’argent, c’est sûr. Tout dépend de votre vision des choses.»


10) Croyez-vous au vaccin et à la COVID?

«Oui, mais je suis en désaccord avec le curfew [couvre-feu].» 

  • Écoutez la chronique de Nada Boumeftah au micro de Mario Dumont sur QUB Radio:  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.