/sports/racing
Navigation

24 Heures de Daytona: deux pilotes québécois en mission

Les attentes sont élevées pour Kuno Wittmer et Mikaël Grenier aux 24 Heures de Daytona

Wittmer Daytona
Photos courtoisie Kuno Wittmer (mortaise de gauche) pilotera un prototype pour la première fois à Daytona. Comme son compatriote Mikaël Grenier (mortaise de droite), il vise la victoire dans sa catégorie à la Classique annuelle des 24 Heures de Daytona.

Coup d'oeil sur cet article

Soixante et une voitures au départ, du jamais-vu depuis huit ans : les 24 Heures de Daytona vont donner demain le coup d’envoi de la nouvelle saison en course automobile.

Parmi tous les engagés figurent deux Québécois reconnus comme des pilotes aguerris dans les épreuves d’endurance et dont les attentes sont très élevées.

« Nous ne visons rien de moins que la victoire dans notre catégorie », a raconté Kuno Wittmer en entrevue au Journal.

Cette catégorie, l’une des cinq regroupées au sein de cet imposant peloton, est celle des LMP3, dans laquelle sont inscrites neuf formations. Pour celui qui compte une victoire à cette classique annuelle – en 2015 à bord d’une Dodge Viper dans la classe des GTD –, c’est toutefois une première tentative dans le groupe des prototypes. 

Écurie canadienne

Wittmer a été recruté par une écurie basée à Toronto (AWA) et qui fera appel à un autre pilote canadien, Orey Fidany, ainsi qu’à l’Allemand Lars Kern et au Britannique Matthew Bell.

« Nous formons un quatuor redoutable, a fait valoir le pilote de 39 ans originaire de Hudson, une municipalité à l’ouest de Montréal. Nous avons beaucoup à apprendre puisqu’on a eu peu de temps pour rouler avec la voiture. Mais peu importe, tous les ingrédients sont réunis pour espérer un bon résultat », poursuit-il.

Des pointes à 290 km/h

Wittmer devra aussi s’adapter aux vitesses nettement plus élevées à bord de son prototype.

« Comparés à des voitures de classes inférieures, nous roulons environ 12 secondes plus rapides au tour que les bolides GTD et GTD PRO. C’est énorme, souligne-t-il. On parle ici de pointes à 290 km/h dans les portions rapides du circuit de Daytona et des forces G qui peuvent atteindre les 3,5 dans les virages. »

Chaque gagnant remporte une montre Rolex, gracieuseté du commanditaire principal de la course.

La circulation lourde, en raison des écarts de performance entre les voitures, est certes un facteur à considérer pour ce genre de compétition. Mais un autre obstacle guette les pilotes pour cette 60e présentation des 24 Heures de Daytona. Et c’est le froid.

Si le risque de précipitations est plutôt minime, une température sous le point de congélation (-3 à -5 degrés Celcius) est attendue pendant la nuit prochaine.

Un peloton musclé

Wittmer Daytona
Photo courtoisie

Fort d’une troisième position il y a deux semaines à peine à l’occasion des 24 Heures de Dubaï, Mikaël Grenier ne cache pas ses ambitions d’accéder, lui aussi, à la plus haute marche du podium, dimanche à Daytona.

Le pilote québécois, âgé de 29 ans, s’était classé au deuxième rang à pareille date l’an dernier sur le complexe mythique de la Floride.

« Cette fois, notre objectif est de gagner la course, même si la compétition est très forte », de dire celui qui partagera le volant d’une Mercedes AMG-GT3 de l’équipe Winward. Il sera épaulé par l’Américain Russell Ward, le Britannique Philip Ellis et l’Autrichien Lucas Auer.

Grenier est inscrit dans la catégorie GTD, celle qui compte le plus de voitures (22) sur la grille de départ. À l’instar de son compatriote Wittmer, Grenier redoute la météo capricieuse. 

« La condition des pneus est une source de préoccupation, indique-t-il. Nous ne sommes pas autorisés à utiliser des couvertures chauffantes comme en Formule 1. Il faudra être très vigilants après nos arrêts au puits de ravitaillement. »


♦ Le départ de la course sera donné à 13 h 40 demain après-midi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.