/news/coronavirus
Navigation

6 déclarations surprenantes des sympathisants du convoi de camionneurs

Coup d'oeil sur cet article

De nombreux sympathisants du convoi de la liberté se sont massés vendredi sur les viaducs et aux abords des routes pour soutenir le mouvement initié par les camionneurs. Voici 6 déclarations surprenantes entendues par nos journalistes.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Convoi de camionneurs: Ottawa prise d’assaut par plusieurs milliers de manifestants

• À lire aussi: [EN IMAGES] Mobilisation des camionneurs à travers le Québec

• À lire aussi: Convoi de camionneurs: des journalistes intimidés par des manifestants

• À lire aussi: Passage des convois des camionneurs: plusieurs caméras du réseau routier fermées

1. Liberté et vérité

«La liberté et la vérité! C’est assez le mensonge, c’est assez! C’est une [sic] arnaque. Ce n’est pas vrai, ça», a lancé un homme à l’une de nos journalistes.

2. Tanné des lois sanitaires

«[On est tannés] de toutes ces lois sanitaires. On ne vit plus. Nos enfants grandissent là-dedans, pis ça ne marchera pas de même. On ne veut plus de ces conditions», a pesté un autre homme.

3. Passeport vaccinal

«La première chose, je ne veux pas de passeport vaccinal, je ne veux pas de ça. Le reste, je respecte tous ceux qui le veulent, mais moi, ça, j’en veux pas», mentionne une femme.

4. Pro-choix

«Tout ce qu’on veut, c’est la liberté, le choix. On est pro-choix, on n’est pas anti-quoi que ce soit. On veut juste que les Québécois [et les Canadiens] aient le choix. C’est tout ce qu’on veut», martèle un homme.

5. 22 mois d’attente

«Je suis ici aujourd’hui parce que ça fait 22 mois que j’attends un mouvement comme celui-là. Il y a eu plusieurs manifestations à Montréal. On a fait rire de nous autres!», s’exclame un autre participant.

6. Droits et libertés éliminés

«Dans le fond, c’est pas compliqué, ce que le gouvernement est en train de faire, c’est d’éliminer tous nos droits, nos libertés. Ça fait qu’on est ici pour appuyer tous nos camionneurs qui vont aller se battre pour nous autres. C’est juste pour ça», note un manifestant.

À voir aussi