/sports/hockey/canadien
Navigation

Canadien: deux retours attendus

Paul Byron pourrait disputer son premier match de la saison ce week-end

Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier Brendan Gallagher et Paul Byron lors d’un match contre les Golden Knights de Vegas en novembre 2017, au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien pourrait compter sur les retours de Brendan Gallagher et de Paul Byron au cours du week-end. À l’entraînement vendredi, les deux attaquants portaient toujours des chandails les soustrayant aux mises en échec, mais ils semblaient avoir retrouvé leur fougue des beaux jours.

• À lire aussi: Le Canadien n’a pas le luxe d’envoyer Primeau à Laval

• À lire aussi: Un «malaise grandissant» pour les Canadiens

Opéré à une hanche au cours de la saison morte, Byron attend toujours de disputer son premier match de la saison. 

Plus tôt cette semaine, Dominique Ducharme, qui a obtenu un congé des médias, vendredi, avait indiqué que l’Ontarien aurait normalement dû revêtir son uniforme pour la première fois le 1er janvier, en Floride. Toutefois, quelques jours auparavant, il s’était retrouvé sur le protocole de la COVID, ce qui était venu contrecarrer les plans.

À l’image du reste de l’équipe, Gallagher n’a pas connu un début de saison des plus convaincant. Auteur de 10 points, dont quatre buts, en 25 matchs, il avait été blanchi de la feuille de pointage cinq fois de suite lorsqu’il est tombé au combat, le 30 décembre, en Caroline.

« Ils sont une inspiration pour plusieurs joueurs. Même avec des chandails bleus, ils donnent tout ce qu’ils peuvent pendant les entraînements. Ils jouent avec intensité et rapidité lors de chaque répétition », a indiqué Brett Kulak.

« On a hâte de les revoir dans la formation. Surtout Paul, qui n’a pas joué un seul match cette saison. La présence de ces deux vétérans sera la bienvenue », a ajouté le défenseur.

Pitlick, une histoire similaire

Kulak ne parlait pas à tort et à travers en mentionnant l’admiration que suscitent ces deux joueurs. À peine arrivé dans l’organisation du Canadien, Rem Pitlick a souligné que Byron était le modèle qu’il souhaitait suivre.

Il faut dire que l’histoire des deux joueurs est similaire. Tout comme Byron, Pitlick est originaire de la capitale fédérale. Tout comme lui, le Tricolore l’a réclamé au ballottage. Et tout comme lui, il parvient à s’inscrire à la feuille de pointage avec une certaine régularité.

« J’aimerais être au centre d’une histoire comme la sienne. Je travaille pour devenir le type de joueur qu’il est. Je ne vais jamais abandonner l’espoir de continuer à jouer dans cette ligue. Je crois que je peux le faire. Si je peux contribuer aux succès de l’équipe, ça devrait me permettre de rester longtemps. »

En sept matchs avec le Canadien, Pitlick a récolté cinq points. C’est autant que Mike Hoffman, Tyler Toffoli, Artturi Lehkonen et Nick Suzuki, au sommet de la colonne des pointeurs du Tricolore au cours de cette période.

Drouin blessé au poignet droit

Rentrés du Wisconsin vendredi après-midi, Joel Armia et Cole Caufield, retenus aux États-Unis en raison d’un test positif à la COVID, seront également disponibles pour les matchs du week-end. 

Toutefois, puisqu’ils ont dû se contenter de cinq jours d’entraînement avec les Badgers, l’ancienne formation de Caufield dans la NCAA, Ducharme voudra peut-être repousser leur retour.

Quoique le congé d’une semaine qui suivra la visite des Blue Jackets, demain, repousserait ce retour au 8 février.

Par ailleurs, le Canadien a apporté des précisions au sujet de quelques blessés. Jonathan Drouin, blessé au poignet droit, sera absent pour une période indéterminée. L’équipe a tenu à préciser qu’il ne s’agissait pas du même poignet pour lequel il a été opéré en novembre 2019.

La durée de l’absence de Joel Edmundson demeure toujours inconnue. Les progrès en lien avec ses maux dans le bas du dos se font très lentement.

Frappé à la tête par Jared Spurgeon, lundi, Christian Dvorak s’absentera jusqu’au retour du week-end des étoiles (4 et 5 février). Blessé au haut du corps, il ne souffrirait pas d’une commotion cérébrale.

Enfin, Mathieu Perreault sera tenu à l’écart de la compétition pour une autre période de trois à quatre semaines. Son dernier match remonte au 14 décembre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.