/finance/business
Navigation

Concours de piratage et 350 M$ pour bétonner la cybersécurité chez Desjardins

Desjardins mobilise de grosses ressources pour éviter de nouveaux incidents

DM desjardins-01
Photos d’archives, Agence QMi et courtoisie Le siège social du Mouvement Desjardins, à Lévis. En mortaise, une image promotionnelle pour la deuxième édition du concours de piratage éthique Canada-France 24HCTF. L’événement est organisé notamment par Polytechnique Montréal et Desjardins.

Coup d'oeil sur cet article

Près de trois ans après la fuite de données personnelles de millions de membres, Desjardins espère recruter des « pirates informatiques éthiques » grâce à un concours en cybersécurité et injectera 350 millions $ dans son Bureau de la sécurité.

• À lire aussi: Le suspect du vol voulait vendre son complice

• À lire aussi: Le Canada manque de talents en technologie de l’information

• À lire aussi: Cyberattaques : votre entreprise n’y échappera pas!

Créé en décembre 2019, le Bureau de la sécurité du Mouvement mène la bataille contre le piratage informatique, la fraude, le vol d’identité et le blanchiment d’argent. Le budget « de frappe » de cette jeune division est passé de 150 millions $, à 250 millions $, puis à 350 millions $ pour l’année 2022.

Cette somme n’inclut pas les salaires versés aux 1200 experts et les coûts d’opération. Le Bureau de la sécurité, qui est le regroupement de différentes entités du Mouvement, a vu le jour six mois après l’annonce publique de la fuite de renseignements confidentiels de 9,7 millions de membres.

Desjardins espérait ainsi aligner ses « initiatives avec les meilleures pratiques du marché », écrivait-on dans un communiqué publié en décembre 2019. Les installations de cette escouade sont basées à Montréal et à Québec. 

« Ces équipes sont sur plusieurs fronts, cybersécurité, cybermenace, fraude [...] Elles font face à des tentatives de cyberattaque de façon quotidienne », a répondu au Journal le porte-parole, Jean-Benoît Turcotti.  

  • Écoutez la chronique de Michel Girard sur QUB radio:   

Recruter des talents

Afin de dénicher les meilleurs talents en cybersécurité, Desjardins participera les 5 et 6 février à la deuxième édition du concours de piratage éthique Canada-France 24HCTF, où s’affronteront avant tout des étudiants, mais aussi des vétérans des « quatre coins de la planète » en cybermenace.

Cette compétition, dont plusieurs prix sont offerts, est organisée par Polytechnique Montréal et d’autres partenaires. Près de 200 personnes ont participé à la première cuvée.

« Comme toutes les entreprises, Desjardins n’échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine des technologies de l’information », a indiqué M. Turcotti.

« En s’associant à cette compétition, Desjardins a accès à un bassin de talents, finissants de niveau collégial et universitaire et donc à des employés potentiels », a-t-il ajouté.

Ce dernier a précisé que des experts de la coopérative mettront sur pied différents scénarios liés à la cybersécurité pour l’événement.

Les participants devront notamment exploiter les vulnérabilités de logiciels et de systèmes de manière à s’introduire dans des ordinateurs et ils auront également à défendre un système informatique.


Récemment, une entente de règlement dans le cadre d’une action collective liée à la fuite de données sensibles a été signée entre Desjardins et les cabinets d’avocats Siskinds Desmeules et Kugler Kandestin. La coopérative versera 201 millions $ à ses membres si la Cour supérieure approuve l'entente.

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.